Feuilleton (2/5) : un printemps difficile pour la vigne

Le monde du vin se féminise depuis quelques années. France 2 a suivi cinq vigneronnes et au printemps dernier, quelques-unes craignaient les gelées.

FRANCE 2

Une nuit, le thermomètre est descendu en dessous de zéro. Anne et Catherine Parent font le tour de leur parcelle avec appréhension. En ce matin d'avril, elles redoutent les dégâts du gel. Cette fois-ci, la vigne a résisté. "Ce n’est pas fini, tant que le raisin n'est pas rentré, il y a toujours un risque de perdre sa récolte", indique l'une d'entre elles. Mais dans une des parcelles, c'est la mauvaise surprise. "C'est les noctuelles, les petites larves qui viennent grignoter la nuit", précise un employé. Anne et Catherine suivent les règles de la biodynamie.

"Je peux vous dire qu'on le vit très mal"

Elles ne traitent pas leurs vignes contre les parasites et n'utilisent aucun produit chimique. Pendant des mois, elles vont lutter contre les éléments, le gel, la grêle. "Lorsque vous avez en quelques minutes toute la production d'une année qui est détruite et tout le travail d'une année qui est détruit [...], je peux vous dire qu'on le vit très mal. Une année ça va, deux années ça commence à être compliqué, puis trois années, on pleure beaucoup. Avec les phénomènes climatiques, ça va s'accélérer ou s'intensifier", explique une des vigneronnes. Les petits raisins en bourgeons sont donc encore loin de finir en bouteille.

Le JT
Les autres sujets du JT
La famille d\'un ouvrier viticole décédé en 2009 se bat pour faire reconnaitre le caractère professionnel de sa maladie (illustration).  
La famille d'un ouvrier viticole décédé en 2009 se bat pour faire reconnaitre le caractère professionnel de sa maladie (illustration).   (MAXPPP)