Cet article date de plus de deux ans.

Fabrice Nicolino accuse l'Anses d'être "liée à l'industrie des pesticides"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Fabrice Nicolino accuse l'agence natioanle de sécurité sanitaire (Anses) d'être "liée à l'industrie des pesticides"
FRANCEINFO
Article rédigé par
France Télévisions

Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie Hebdo, auteur d'une enquête choc sur les pesticides "Le crime est presque parfait", est l'invité du 23h de franceinfo mardi 10 septembre.

"Je félicite les maires qui bannissent les pesticides. Ce sont des personnes courageuses et formidables", commente Fabrice Nicolino, qui a lancé il y a un an l'appel "Nous voulons des coquelicots" signé par 850 000 personnes.

"Les pesticides sont de grands voyageurs, qui circulent dans les nuages. C'est un problème qui concerne absolument tous les Français", ajoute le journaliste de Charlie Hebdo.

Les SDHI "s'attaquent aux cellules des humains"

Auteur du livre Le crime est presque parfait, il met en évidence l'existence d'une famille de pesticides méconnue : les SDHI. "Une douzaine de molécules sont autorisées en France, qu'on retrouve sur 80% des surfaces de blé, l'orge, les pommes de terre, la vigne, les arbres fruitiers ou les terrains de sport. Ce sont des pesticides qui s'attaquent aux champignons et aux moisissures des récoltes", précise-t-il.

"Le scientifique français mondialement réputé, Pierre Rustin, a alerté nos autorités. Il a montré que les SDHI s'attaquent aux cellules des champignons, des vers de terre, des abeilles et des humains. Personne ne sait ce qui va se passer, ni lui ni moi, mais il annonce l'existence d'un risque tout à fait considérable pour la santé des humains. Et on ne veut pas l'écouter", s'insurge Fabrice Nicolino, qui accuse l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail, d'être "liée à l'industrie des pesticides".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Agriculture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.