En Côte-d'Or, le premier abattoir mobile de France est entré en service pour les éleveurs de bovins

Publié
Article rédigé par
France Télévisions

C'est une petite révolution dans le monde agricole. Grâce à des camions transformés en abattoirs mobiles, les bovins évitent le stress des transports. Un "mieux être animal" que souhaitait l'éleveuse à l'origine du projet en Côte-d'Or et qui touche aussi bien le producteur que le consommateur. #IlsOntLaSolution

Des animaux maltraités, d'autres gémissants, agonisants... Les images choc de l'association L214 réalisées dans certains abattoirs français ont largement marqué les esprits. Alors des éleveurs ont décidé de réagir, à l'image d'Emilie Jeannin. Pour réduire le stress des bêtes lors du transport jusqu'à l'abattoir, cette éleveuse de bovins a imaginé un abattoir mobile installé dans des camions. Le projet Boeuf Ethique, qui s'inspire de ce qui a été réalisé en Suède, a vu le jour après 5 ans de travail et 2 millions d'euros d'investissement. Il a pour objectif de veiller au "mieux-être animal" et devrait toucher, grâce à cette approche éthique, aussi bien les éleveurs que les consommateurs.

Des viandes de meilleure qualité

Ce système permet aux éleveurs d'avoir un meilleur suivi de la fin de vie de leurs bêtes. C'est aussi un moyen de valoriser le travail des producteurs et la qualité de leur viande. La rémunération proposée par Boeuf Ethique est plus élevée d'environ 25% que celle des abattoirs traditionnels.

Mais ces abattoirs mobiles n'ont pas pour seule vocation d'aider les éleveurs. Avec la création de tout un circuit commercial, Emilie Jeannin souhaite donner la possibilité aux consommateurs de pouvoir manger une viande éthique. "On abat les animaux avec l'abattoir mobile. Ensuite on vend la viande auprès de professionnels de la gastronomie, que ce soit des bouchers ou des restaurateurs, mais aussi des particuliers. C'est donc toute une filière qui vise à rapprocher les éleveurs des consommateurs à travers un mode d'élevage et d'abattage plus respectueux des animaux", explique Emile Jeannin.

Un ensemble de critères garants de qualité, qui permettent déjà à l'entreprise de fournir plus d'une cinquantaine de bouchers et restaurateurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.