Eau secours, "We Demain" alerte sur la diminution des ressources en eau

Partenaire de franceinfo, le magazine "We Demain", sort son deuxième numéro avec un zoom sur l'eau, denrée de plus en plus rare. Pour en parler mercredi 20 novembre, François Siegel, le cofondateur de la revue.

FRANCEINFO
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des chercheurs américains ont calculé qu'il restait 1,38 milliard de km3 d'eau, une bulle d'eau plus petite que la taille des États-Unis. "La situation pourra avoir tendance à devenir très critique. L'eau est précieuse. Demain, il y aura une bataille pour l'eau douce", estime François Siegel, cofondateur de la revue We Demain.

Un des aspects les plus édifiants du dossier du deuxième numéro de We Demain est la financiarisation de l'eau, notamment en Australie, détaillée par Jérôme Fritel dans son reportage Main basse sur l'eau, à découvrir sur Arte le 17 décembre à 20h50. "En Australie, on achète des droits à consommer de l'eau et ça arrive en Californie, aux États-Unis. Ce genre d'agissements nous amène à réfléchir", commente-t-il.

"Il va falloir économiser"

"Les points de rupture vont arriver vers 2040-2050. Il va falloir décider à quoi sert l'eau : à la vigne, à l'agriculture, aux populations ?", se demande-t-il.

Il y a 270 000 km de cours d'eau en France et 2 000 milliards de m3 dans les nappes phréatiques. 150 litres d'eau sont consommés quotidiennement par chaque Français. L'irrigation est la plus grosse consommatrice d'eau (48%). "Il va falloir économiser", mais François Siegel reste "optimiste. Des solutions vont arriver".

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'arrosage d\'un champ à Valence, dans la Drôme, le 16 juillet 2019.
L'arrosage d'un champ à Valence, dans la Drôme, le 16 juillet 2019. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)