Dordogne : des viticulteurs perturbent sexuellement les insectes

Pour éviter de recourir aux pesticides, ces professionnels ont mis en place une nouvelle technique révolutionnaire. France 3 fait le point sur cette méthode.

France 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Pour protéger les vignes sans utiliser de produits dangereux pour la santé, les viticulteurs de Monbazillac (Dordogne) ont eu l'idée de désorienter les insectes nuisibles en s'en prenant à leurs habitudes sexuelles. Des fils rouges chargés de phéromones sont donc désormais noués au-dessus des pieds dans les champs de la région. "Cela fait trois ans que nous utilisons la technique de la confusion sexuelle. On essaye de confuser les vers de grappes avec des phéromones pour éviter qu'ils se reproduisent", explique Ludovic Heugas, conseiller viticole à la cave coopérative de la ville.
 

Un dispositif qui fonctionne

 
Depuis la mise en place de ces pièges, les résultats sont au rendez-vous. Ludovic Heugas a même une astuce pour s'en rendre compte. "On installe des pièges avec un collant pour voir s'il y a des papillons qui sont pris", ajoute le conseiller. 250 hectares sont traités grâce à cette méthode alternative qui permet de réduire l'utilisation de pesticides et qui ne coûte pas plus cher selon la cave coopérative de Monbazillac. Dans la région, les professionnels vont aussi lancer le projet "Batman" avec la réintroduction d'une chauve-souris qui peut manger 300 papillons par nuit.
Le JT
Les autres sujets du JT
Baptisé VIN pour Viticulture intelligente naturelle, ce robot vigneron a été développé en Bourgogne.
Baptisé VIN pour Viticulture intelligente naturelle, ce robot vigneron a été développé en Bourgogne. (PHILIPPE DESMAZES / AFP)