Des négociations toujours compliquées entre industriels et supermarchés

Publié
Des négociations toujours compliquées entre industriels et supermarchés
FRANCE 2
Article rédigé par
D. Lachaud, G. Le Goff, O. Palomino, B. De Saint Jore - France 2
France Télévisions

L'affaire de la baguette vendue 29 centimes chez Leclerc avait soulevé une éternelle question : comment casser les prix pour ses clients, sans en amont tordre le bras du producteur ? Les négociations sont toujours extrêmement compliquées entre agriculteurs, industriels de l'agroalimentaire et distributeurs.

C'est un bras de fer qui oppose tous les ans la grande distribution et ses fournisseurs, comme les agriculteurs. L'enjeu : négocier les prix des produits que vous retrouvez en rayon. Et cette année, les échanges sont très tendus. Le patron de la biscuiterie La mère Poulard a lui, terminé ses négociations. Pendant des semaines, Sébastien Pautrel a tenté d'obtenir des hausses de prix, car suite à la crise sanitaire, toutes ses matières premières ont flambé. Le beurre a ainsi augmenté de 70 % en un an.

Certaines enseignes se montreraient menaçantes

Les négociations sont difficiles, pourtant, depuis le 1er janvier, la loi Egalim 2 est censée être plus favorable, notamment aux agriculteurs. Leurs coûts de production doivent être garantis. Pour obtenir les coûts les plus bas, certaines enseignes n'hésiteraient pas à se montrer menaçantes, selon plusieurs agriculteurs et producteurs. Le PDG de Système U, Dominique Schelcher, envisage une hausse moyenne de 3 à 4 % des prix pour les clients à l'issue des négociations, qui prendront fin le lundi 28 février.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.