Cet article date de plus de six ans.

Vidéo Crise des éleveurs : 300 tracteurs bloquent les principaux accès à Lyon

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
agriculteurs Lyon
Article rédigé par
France Télévisions

Les agriculteurs réclament au gouvernement des mesures sur les prix, au lendemain de l'annonce d'un plan d'aide qui, selon eux, "ne donne pas de réponses concrètes".

Les 600 millions d'euros promis par le gouvernement n'ont pas calmé les esprits. Les principaux accès à Lyon (Rhône) sont bloqués jeudi 23 juillet par des éleveurs de la région Rhône-Alpes. Ils réclament au gouvernement des mesures sur les prix, au lendemain de l'annonce d'un plan d'aide qui, selon eux, "ne donne pas de réponses concrètes".

>> Retrouvez les dernières informations sur la crise des éleveurs dans notre direct

Selon la Fédération régionale des syndicats d'exploitants agricoles (FRSEA), environ 150 tracteurs bloquent l'accès nord à la deuxième agglomération de France, sur l'autoroute A6 à hauteur de Limonest, cet axe étant coupé dans les deux sens de circulation.

A l'est, l'A42 n'est coupée que dans le sens pénétrant, par environ 60 tracteurs, à hauteur de Beynost (Ain), tandis qu'une centaine d'autres bloquent l'accès sud, sur l'A7, à hauteur de Solaize. Bison futé a mis en place des déviations.

"Certains de nos gars sont à bout"

Selon Gérard Gallot, président de la FDSEA de la Loire, "l'objectif est de bloquer jusqu'à jeudi soir, de ne pas gêner les départs en vacances [vendredi et ce week-end] car nous sommes responsables, mais certains de nos gars sont à bout et veulent en découdre""On verra suivant les annonces qui seront faites aujourd'hui sur les prix", a déclaré Sébastien Mazallon, président des Jeunes Agriculteurs du Rhône, l'autre syndicat ayant appelé à l'action.

Plusieurs centaines de personnes au total sont attendues sur les différents barrages en cours de journée. Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, devrait se rendre jeudi en fin d'après-midi sur celui de l'A6.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.