Loi Egalim : les agriculteurs demandent une rémunération plus juste

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Loi Egalim : les agriculteurs demandent une rémunération plus juste
France 3
Article rédigé par
C.Crous, C.Darneuville, B.Courtine - France 3
France Télévisions

À Lyon (Rhone), des agriculteurs manifestent jeudi 25 mars pour dénoncer les dysfonctionnements de la loi Egalim. Ils demandent à être mieux rémunérés et s'opposent à la réforme de la PAC. 

Avec 80 Charolaises reparties dans plusieurs prés, David Chaize, éleveur de Bort-l'Étang (Puy-de-Dôme) a des journées bien remplies. Son travail, difficile, est pourtant mal rémunéré. Il attendait beaucoup de la loi Egalim, votée en 2018 pour soutenir les agriculteurs dans leur bras de fer avec la grande distribution. Le rapport de force est toujours d'actualité. "Il faut vraiment que l'Etat agisse, confie David Chaize. Aujourd'hui on voudrait qu'ils arrêtent le double discours, on ne peut pas nous demander de faire toujours mieux, de produire toujours plus vert, et à côté ne pas nous payer nos produits." 

Contre la réforme de la PAC

L'éleveur touche à peine 4 euros par kilo de viande, soit en moyenne 1 600 euros par bête, alors que son cout de production s'élève à 2 000 euros. "On est la seule activité ou on ne prend pas en compte le salaire de l'éleveur", déplore David Chaize. Les agriculteurs s'opposent aussi à la réforme de la politique agricole commune. Quentin Baumont, éleveur de brebis à Puy-Guillaume (Puy-de-Dôme) verrait ses aides à la production baisser, car le calcul se ferait à la taille de l'exploitation. "Ce qui problématique c'est que les petites structures vont être impactées car elles ont peu d'hectares, les grandes structures seront favorisées, et ça va entrainer les grands à devenir toujours plus grands, en prenant des hectares qui pourraient servir à de jeunes agriculteurs qui se lancent." 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise des éleveurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.