DIRECT. Crise du lait : la FNSEA met fin au mouvement des agriculteurs

Le géant laitier Lactalis négociait avec les représentants des éleveurs depuis mardi matin, lors d'une réunion à la préfecture de Mayenne, à Laval.

Des producteurs de lait ont étiquetté des produits laitiers de Lactalis dans l\'hypermarché Carrefour du centre commercial de la Toison d\'Or à Dijon (Côte-d\'Or), le 30 août 2016. 
Des producteurs de lait ont étiquetté des produits laitiers de Lactalis dans l'hypermarché Carrefour du centre commercial de la Toison d'Or à Dijon (Côte-d'Or), le 30 août 2016.  (MAXPPP)
Ce qu'il faut savoir

Alors que la FNSEA, premier syndicat agricole, a lancé des actions devant des sites du géant laitier Lactalis et dans des supermarchés, les négociations ont abouti, mardi 30 août, à un accord, a annoncé l'organisation de producteurs. L'accord avec Lactalis fixe le prix de la tonne de lait à "290 euros en moyenne", précise Sébastien Amand, vice-président de l'Organisation de producteurs Normandie Centre, soit la somme réclamée par les producteurs auprès de Lactalis. 

Troisième session de négociations. Cet accord a été obtenu au cours d'une troisième réunion de négociations. La semaine dernière, deux sessions avaient échoué, jeudi à Paris et vendredi à Laval. Lactalis avait, dans un premier temps, accepté le prix de 280 euros les 1 000 litres de lait, proposé par le médiateur des relations commerciales. Mais les organisations de producteurs avaient refusé. Ensuite, l'industriel avait proposé une augmentation de 15 euros par tonne de lait, soit environ 271 euros les 1 000 litres. Un geste perçu comme un camouflet par les agriculteurs.

Le mouvement des agriculteurs prend fin. "Comme Lactalis a fait un pas, on en fait un aussi", a indiqué un porte-parole de la FNSEA. Les producteurs avaient multiplié depuis lundi les blocages des sites Lactalis et les actions de sensibilisation des consommateurs sur tout le territoire.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #LAIT

22h38 : Voici ce qu'il ne fallait pas rater sur franceinfo aujourd'hui :

• Les clés pour comprendre une élection présidentielle sous tension.

• Treize fois où l'ancien ministre a mis le feu au Parti socialiste.

Quatre questions sur l'accord entre les éleveurs et le groupe Lactalis.

17h22 : Un accord a été finalement trouvé entre les producteurs de lait et Lactalis. Franceinfo revient dans cet article sur cet accord en quatre questions.

Des agriculteurs de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs manifestent dans un supermarché du Puy-en-Velay (Haute-Loire), lundi 29 août 2016. 

(MAXPPP)

15h12 : @anonyme Le prix d'achat de Lactalis était de 256,90 euros en juillet, l'un des prix les plus bas du marché. Après accord, le prix du lait pour août sera de 280 euros la tonne et augmentera de 5 euros tous les mois pour parvenir à 300 euros en décembre. La moyenne annuelle 2016 sera donc de 275 euros. Lactalis s'aligne ainsi sur la concurrence.

15h11 : Un accord a été trouvé, ok ! Un peu plus d'info ?

14h00 : La FNSEA annonce l'arrêt des actions menées par les agriculteurs dans toute la France.

13h53 : Cet accord subventionne un modèle de production dépassé tant sur le plan qualité que du bien-être du monde animal et encourage les fermes inhumaines ( 1000 vaches, etc.). Mr Besnier vous n'auriez pas du céder.

13h51 : Messieurs les producteurs de lait, jouez le haut de gamme. Imitez vos collègues du beau-fortin qui eux vendent leur lait beaucoup plus cher en privilégiant le haut de gamme. Abandonnez Lactalis qui se situe dans le bas ou milieu de gamme. A ce moment vous aurez un niveau de prix plus acceptable.

13h51 : Bravo. Issue positive en effet bien qu'incompléte pour permettre aux producteurs laitiers de vivre de leur métier. Mais le gouvernement n'a rien fait dans ce dénouement !

13h50 : Vous êtes toujours nombreux à réagir sur l'accord trouvé entre les producteurs de lait et Lactalis.

13h04 : Le Premier ministre salue l'accord trouvé entre Lactalis et les producteurs laitiers.

12h52 : On retrouve notre journaliste Elise Lambert sur place. Elle nous en dit plus sur l'accord trouvé entre les organisations de producteurs et Lactalis.

12h39 : Les organisations de producteurs ont obtenu l'achat de la tonne de lait à 290 euros.

12h38 : Un accord a été trouvé avec Lactalis, annonce une organisation de producteurs.

12h34 : Lactalis fait l'effet miroir sur votre modele économique non viable à cause des surcouts de production.Vous devriez Messieurs les agriculteurs remercier Lactalis de vous ouvrir les yeux.

12h33 : Augmentons l'énergie du blocage de nos producteurs de lait, par l'action des consommateurs responsables. De toutes façons, cela ne va pas leur faire augmenter le prix du litre...

12h32 : Quand on voit que les producteurs bio vendent leur lait 1€ le litre en vente directe , le choix des paysans devrait être vite fait : passer au bio et à la vente directe !

12h32 : Vous êtes encore très nombreux à réagir aux blocages des producteurs laitiers.

12h24 : On repart en Ille-et-Vilaine, où se trouve ma collègue Elise Lambert. Elle est aux côtés de producteurs laitiers.

11h41 : Les producteurs de lait mènent aussi des actions dans les Deux-Sèvres, selon le syndicat agricole FNSEA.

11h25 : L'huissier demande 50 euros/l'heure d'occupation à partir de la notification "qu'il nous fasse un forfait" #Lactalis

11h24 : @kayser1425 : Oui, et pour l'instant rien ne filtre. Cette réunion doit porter sur les modalités de fixation du prix du lait pour l'avenir. Pendant ce temps, les producteurs de lait organisent toujours des actions. Ma collègue Elise Lambert se trouve à leurs côtés en Ille-et-Vilaine.

11h23 : Les négociations sont-elles toujours en cours?

10h40 : "Si on se réunit ce matin, c'est qu'on a quelques éléments d'espoir qui nous permettent de penser que l'on s'oriente vers une sortie de crise."

Dans la Manche, le président de la FDSEA se dit optimiste sur l'issue de ces négociations.

10h34 : Direction Cesson-Sévigné, près de Rennes, où une trentaine de producteurs laitiers des Côtes-d'Armor et d'Ille-et-Vilaine bloquent la base logistique de Lactalis. Notre journaliste Elise Lambert est à nouveau sur place.

09h37 : Non je pense pas que se soit une bonne idée. Nous sommes dans une économie de marché. La crise du lait est due a une surproduction avant tout. Si l'offre est plus forte que la demande c'est normal que le prix du lait baisse. De plus si Lactalis ne peut plus acheter le lait issu des vaches laitières françaises elle ira acheter ailleurs.

09h37 : Excellente idée mais les consommateurs, dans leur grande majorité, sont peu enclins à ce genre de démarche et ne regardent que leur interêt premier : ce qui leur plait au prix le plus avantageux. Il faut etre tres militant pour ce genre d'actions surtout dans la durée

09h37 : Bonjour,C'est effectivement à nous, consommateurs de prendre nos responsabilités. D'autant plus que Lactalis, qui paie si bas le lait aux producteurs ne nous vend pas ses produits moins chers ! Il fait donc des marges conséquentes ! Nous allons cesser d'acheter d'autres marques comme Président bien sur mais aussi Société pour le roquefort, Salakis pour la feta, bridel, la laitiére pour les yaourts etc....Si les achats baissent massivement, Lactalis comprendra vite où est son intérêt !

09h48 : Certains producteurs de lait appellent les Français à boycotter les produits de la marque Lactalis (Président, Lactel, Société, Galbani, La Laitière, etc.). Dans les commentaires, vous êtes partagés sur cette initiative.

07h35 : Il faut faire connaître les marques de Lactalis et faire la grève des achats pour affamer l'affameur !