DIRECT. Crise des éleveurs : des agriculteurs bloquent l'A6 au nord de Lyon

Le gouvernement a présenté un plan d'urgence pour les éleveurs, mercredi en fin de matinée. 

Des agriculteurs bloquent le pont qui permet d\'accéder à l\'île d\'Oleron à Marennes (Charente-Maritime), le 22 juillet 2015.
Des agriculteurs bloquent le pont qui permet d'accéder à l'île d'Oleron à Marennes (Charente-Maritime), le 22 juillet 2015. (XAVIER LEOTY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le président de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin, a appelé, mercredi 22 juillet, à lever le mouvement des éleveurs à Caen, après trois jours de blocage du périphérique de la capitale bas-normande.

En revanche, les éleveurs d'Auvergne et de Rhône-Alpes sont déçus du plan d'aide annoncé par le gouvernement.

Une batterie de 24 mesures. Des mesures de soutien à l'élevage ont été annoncées mercredi à la mi-journée, à l'issue du Conseil des ministres, depuis l'Elysée. Après une introduction de Manuel Valls, et en présence de cinq autres membres du gouvernement, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé une restructuration des dettes pour les éleveurs en difficulté, ainsi que des allègements de charges. Il a par exemple annoncé l'augmentation du fonds d'allègement des charges à 50 millions d'euros.

Des éleveurs veulent bloquer Lyon et Clermont-Ferrand. Les éleveurs de plusieurs départements de Rhône-Alpes doivent converger vers Lyon mercredi en fin de journée pour bloquer l'A6 au nord, l'A7 au sud et l'A42 à l'est, selon les antennes locales de la FDSEA et des Jeunes Agriculteurs. A Clermont-Ferrand, le blocage des points d'entrée de la ville se fera jeudi matin, selon la FDSEA du Puy-de-Dôme.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #AGRICULTEURS

23h48 : D'après le journal La Montagne, les éleveurs de Haute-Loire se mobilisent aussi, malgré les annonces du ministère de l'Agriculture, et organisent le blocage de l'A75, à Lempdes-sur-Allagnon. Ils prévoient aussi de manifester demain matin à Clermont-Ferrand.

23h41 : Bonsoir @anonyme, il a été rendu. Dans ce document, le médiateur des relations commerciales agricoles estime que les abatteurs ont interprété a minima l'accord de revalorisation des prix de la viande bovine du 17 juin, et que la grande distribution aurait pu également se montrer plus "dynamique". Vous pouvez consulter le rapport en intégralité sur le site du ministère de l'Agriculture (PDF).

23h40 : Bonsoir, le rapport du médiateur sur la crise de l'agriculture a-t-il été rendu public comme convenu ? Sait-on qui joue le jeu et qui ne joue pas le jeu finalement ? Merci !

23h28 : Stéphane Le Foll a présenté une série de mesures pour venir en aide aux éleveurs en difficulté. Mais les marges de manœuvre de l'Etat semblent limitées. Notre journaliste Florian Delafoi a interrogé Lucien Bourgeois, économiste spécialiste de l'agriculture. Pour cet expert, "le gouvernement peut seulement favoriser l'entente entre les acteurs de la filière et les pousser à négocier pour trouver une fourchette de prix qui serait acceptable".

23h00 : Environ 300 éleveurs bloquent actuellement l'autoroute A6 dans les deux sens au nord de Lyon, d'après Benoît Gadrey, journaliste pour France 2. Bison Futé conseille donc aux automobilistes de contourner l'agglomération lyonnaise.

21h06 : Voilà bientôt quatre jours que les agriculteurs en colère sont installés sur la D613, au-dessus de l'échangeur entre l'autoroute A13 et le périphérique de Caen. Après les annonces du gouvernement, les éleveurs, mi-convaincus mi-déçus, ont décidé de reprendre le chemin de leur exploitation, mais pourraient se remobiliser "dans six semaines ou dans six mois". Reportage de notre journaliste Marie-Violette Bernard.




(CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

20h59 : Bonsoir @Anne-Sophie et @Anonyme, n'hésitez pas à lire notre article, qui fait le point sur les actions des éleveurs dans toute la France, pour connaître les barrages maintenus ou pas demain. ;)

20h58 : Bonsoir. J'habite au Havre et je dois me rendre à côté d'Honfleur demain. Savez-vous ce qu'il en est du Pont de Normandie ce jeudi ?

20h58 : Bonsoir, savez-vous si les blocages à la ville de Poitiers et sur le pont de l'Oléron seront maintenus demain ?

20h22 : "Mon objectif, c'est de faire remonter les prix. Taper sur l'un ou l'autre réduirait ma capacité de mobiliser tout le monde vers notre objectif commun."

Dans une interview à Libération, Stéphane Le Foll assure qu'il "essaie de garder toutes les bonnes volontés" pour résoudre les problèmes des éleveurs français, en négociant avec toutes les parties du secteur de la viande, y compris les transformateurs et les grandes surfaces.

20h11 : @anonyme : Oulah, le trafic risque d'être fortement perturbé pour vous. Certains éleveurs, déçus du plan d'aide, ont l'intention de bloquer tous les points autoroutiers stratégiques d'accès à Lyon (Rhône) à partir de ce soir. Au moins quatre barrages sont prévus : sur l'A6 à partir de 20h30, au nord du tunnel de Fourvière ; au sud de Lyon sur l'A7 ; et à Beynost dans l'Ain sur l'A42 à partir de demain matin à l'aube. Tous les détails dans notre article.

19h48 : Je dois me rendre à Lyon demain... Une grosse action des agriculteurs est prévue ? Comment connaître les points de barrage... Merci de votre éclairage.

19h39 : Harlem Désir se rend aujourd'hui et demain à Athènes. Non pas pour parler de la crise de la dette grecque, mais pour tenter de relancer des importations de viande bovine française. Dans une communiqué, les services du secrétaire d'Etat aux Affaires européennes rappellent que "la Grèce constitue un marché important pour les éleveurs français".

19h45 : Alors que les agriculteurs bloquent l'accès à l'île d'Oléron (Charente-Maritime), un automobiliste coincé dans les bouchons tue le temps, assis dans l'herbe, sur le bas-côté, avec son téléphone portable.



(XAVIER LEOTY / AFP)



17h46 : Des manifestations, dimanche, un enlisement lundi, un plan d'aide annoncé mardi et détaillé mercredi... Bien que Stéphane Le Foll ait souvent rencontré les agriculteurs ces derniers mois, la mobilisation de ces derniers jours a poussé le gouvernement à changer de méthode, et de discours. Retour sur trois jours cruciaux.




(ALAIN JOCARD / AFP)

17h20 : Petit à petit, les éleveurs vont lever les barrages autour de Caen (Calvados), mais ils ne semblent toujours pas convaincus.

16h44 : Les barrages filtrants mis en place aujourd'hui par une centaine d'agriculteurs sur les accès au château de Chambord, le site touristique emblématique du Loir-et-Cher, ont été levés vers 16 heures. "Les barrages sont levés pour le moment, mais ce n'est pas parce que nous sommes satisfaits [des mesures annoncées par le gouvernement]. Le malaise est bien plus profond que cela", explique le président de la FDSEA Florent Leprêtre.

16h18 : Le président de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin, a tenté de convaincre les agriculteurs qu'il était temps de lever les blocages et de reprendre le travail.

16h15 : Les barrages vont peut-être être levés autour de Caen, si l'appel de la FDSEA est entendu, mais les éleveurs d'Auvergne et de Rhône-Alpes prennent le relais. Déçus par le plan d'aide annoncé par le gouvernement, ils ont l'intention de bloquer les accès à Lyon à partir de mercredi soir et ceux de Clermont-Ferrand jeudi matin.

16h12 : Manuel Valls s'est emporté contre Christian Jacob lors des questions au gouvernement. Le président du groupe des Républicains à l'Assemblée venait de lui demander de nommer "un vrai ministre de l'Agriculture" à la place de Stéphane Le Foll. Des propos "indignes" et relevant du "poujadisme", a estimé le Premier ministre.

15h57 : Reprenons, donc. Le président de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin, a appelé à lever le mouvement des éleveurs à Caen, après trois jours de blocage du périphérique de la ville. "Ce que je vous propose, et ce qui est proposé sur les autres sites, c'est de suspendre le mouvement et qu'on mette à l'épreuve le ministre dans ses engagements", a-t-il déclaré aux éleveurs réunis à l'un des barrages.

15h54 : Le responsable de la FDSEA du Calvados, Jean-Yves Heurtin, appelle à suspendre le mouvement des éleveurs.

15h57 : @anonyme : Ah, non, ce n'est pas parce qu'on est en colère qu'on peut tout détruire ! Les marchandises saisies, le vidage des rayons, et les éventuels dégâts causés par les cochons dans les rayons des supermarchés, exposent les responsables à des poursuites, si les victimes décident de porter plainte.

15h20 : Les agriculteurs (même en colère) ont-ils juridiquement parlant le droit de bloquer un supermarché, de lâcher des cochons à l'intérieur, de vider les rayons, de bloquer des camions et/ou de saisir le contenu ? Ne risquent-ils pas de poursuites ? Merci !

15h14 : Sur Twitter, les commentateurs se lâchent, après ce recadrage virulent.

15h13 : La réponse du Premier ministre ne s'est pas fait attendre : "La détresse des agriculteurs ne doit pas être exploitée à des fins politiciennes."

15h14 : Grosse tension à l'Assemblée nationale, pendant les questions au gouvernement. Christian Jacob, président du groupe Les Républicains, a demandé à Manuel Valls "un vrai ministre de l'Agriculture qui ne passe pas tout son temps à Solférino".

15h00 : A Agen (Lot-et-Garonne) aussi, il y a des éleveurs en colère. Après avoir installé un barrage à Lascaux, ceux-ci ont lâché des cochons dans un supermarché, rapporte un journaliste.