Cet article date de plus de cinq ans.

Agriculteurs en colère : travailler 70 heures par semaine, sans toucher le moindre salaire

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Agriculteurs en colère : travailler 70 heures par semaine, sans toucher le moindre salaire
France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Ce lundi 20 juillet, des agriculteurs en colère ont barré les accès à Caen. Une équipe de France 2 est partie à la rencontre d'un producteur de lait en Dordogne pour comprendre la situation.

Les producteurs de lait, de porcs et de bovins sont pris à la gorge. Frédéric Dupont vend son lait à un transformateur pour faire du fromage à tartiner, mais à perte : 31 centimes le litre alors qu'il faudrait 35 centimes pour couvrir les charges. L'éleveur a repris la ferme de ses parents, il y a 28 ans. Il travaille avec sa femme et un employé qu'il faut payer tous les mois. Mais le plus gros poste de dépenses, ce sont ces granulés qu'il achète 6 000 euros par mois. Il y a aussi le remboursement du crédit pour le hangar (5 000 euros) et le carburant (2 500 euros). Autant de dettes qui s'accumulent.

La ferme fonctionnera-t-elle dans un an ou deux ?

L'an dernier le chiffre d'affaires de l'exploitation était de 350 000 euros. Les charges et les remboursements s'élevaient à 371 000 euros, soit un déficit de 21 000 euros. Avec un tel bilan, impossible de se prélever un salaire, ni pour lui ni pour sa femme. Malgré cela, Frédéric Dupont continue à travailler 70 heures par semaine. À 53 ans, il n'a guère d'autres choix. Sa fille de 22 ans espère reprendre l'exploitation, mais la ferme fonctionnera-t-elle encore dans un an ou deux ?
 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Crise des éleveurs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.