Cet article date de plus de cinq ans.

Chasse : le gouvernement annonce la création d'un comité de lutte contre les dégâts causés par les sangliers

Les agriculteurs dénoncent les dommages causés aux cultures par ce gibier sur une partie du territoire. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le sanglier, qui peut infliger de gros dégâts aux cultures, est classé nuisible dans une grande partie de la France.  (MAXPPP)

"Il sera installé le 6 septembre prochain." Le gouvernement a annoncé, lundi 3 septembre, la création d'un comité de lutte contre les dégâts causés par du gibier et notamment des sangliers, quelques jours après les critiques de la présidente de la FNSEA (Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles), Christiane Lambert.

"Aujourd'hui, 90% des dommages agricoles causés par le grand gibier (sanglier mais aussi cerf et chevreuil) aux cultures et forêts sont concentrés sur 15% du territoire national", indique le gouvernement, qui note que le niveau de ces dégâts "est devenu localement insupportable pour l'agriculture et la sécurité routière", en écho aux déclarations de Christiane Lambert. "[Il y a] 700 000 sangliers abattus [par an], mais il y en a quatre millions" sur le territoire, avait déclaré la patronne de la FNSEA jeudi dernier, indiquant souhaiter "plus de chasseurs, moins de sangliers, moins de dégâts".

Déclencher des battues administratives

 Ce comité "rassemblera les présidents de la FNSEA, de l'APCA (chambres d'agriculture), de la Fédération nationale des chasseurs, de la Fédération des forestiers privés et du CNPF (Centre national de la propriété forestière), de la propriété privée rurale, de l'ONF (Office national de forêts), des communes forestières (FNCOFOR) et de l'ONCFS (Office national de la chasse et de la faune sauvage) ainsi que les administrations nationales concernées", précise le gouvernement. 

Parmi les mesures d'ores et déjà proposées figurent notamment la gestion des plans de chasse par les fédérations départementales de chasseurs et la possibilité pour le préfet, "en cas de défaillance" de leur part, de déclencher des battues administratives à la charge des fédérations.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.