Canicule : les cultures de maïs durement touchées par la sécheresse

Avec la canicule, la sécheresse entraîne la détresse des agriculteurs qui vont voir leurs cultures souffrir cette semaine. Un céréalier du Bas-Rhin a déjà perdu un tiers de sa récolte de maïs. Avec les restrictions d'eau en vigueur, impossible d'irriguer, et les nappes phréatiques sont désormais au plus bas.

FRANCE 2

C'est un signe qui ne trompe pas pour Daniel Wesphal, la hauteur de son maïs n'est pas aussi élevée qu'à l'habitude. "Nornalement à cette période, les maïs font 2 mètres, 2,5 mètres de haut et ils sont verts", précise le céréalier de Weinboug dans le Bas-Rhin. La plante a cessé de grandir depuis la dernière canicule fin juin. Une chaleur qui est tombée en plein pendant la floraison du maïs, au grand désespoir de ce céréalier. 20 hectares sont déjà perdus, et ce n'est pas la seule parcelle qui porte les stigmates de la sécheresse.

Un déficit de pluie aux lourdes conséquences financières

Les sols sont craquelés et en souffrance face au manque d'eau. Impossible pourtant pour ce céréalier d'irriguer ses parcelles, car ses champs sont trop éloignés de la nappe phréatique. Danier Wesphal ne peut donc compter que sur la pluie. Selon ses calculs, il aurait plu 30% de moins qu'une année normale. Un déficit de pluie qui a de lourdes conséquences financières. "Depuis deux ans, on ne se paie pas de salaire, c'est pratiquement impossible", confie le céréalier. Seules des pluies abondantes pourraient permettre de compenser les pertes sur ses 80 hectares de parcelles restantes.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'arrosage d\'un champ à Valence, dans la Drôme, le 16 juillet 2019.
L'arrosage d'un champ à Valence, dans la Drôme, le 16 juillet 2019. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)