Envoyé spécial, France 2

VIDEO. Cages minuscules, cannibalisme, surpopulation : la maltraitance des cochons dans les fermes qui produisent du jambon de Parme

L’image alléchante du jambon de Parme cache-t-elle une réalité que l'on ne veut pas voir ? "Envoyé Spécial" révèle un scandale qui touche l’un des symboles de notre gastronomie.

Voir la vidéo

C’est l’un des produits les plus célèbres au monde dont les Français raffolent : le jambon de Parme. Fabriqué exclusivement dans le Nord de l’Italie, le jambon de Parme est une AOP prestigieuse, mais depuis deux ans, on découvre que le jambon de Parme a un arrière-goût de souffrance animale.

Des militants végans de l'association Essere Animali filment clandestinement dans les élevages intensifs de cochons. Caméra au poing, Claudio et Francesco s'introduisent dans des fermes la nuit et ils découvrent souvent des animaux entassés, confinés, mal nourris, mal soignés et même cannibales. "Ils ne se mangeraient pas entre eux s'ils avaient la place ou s'ils étaient libres, les cochons sont très stressés, ils s'ennuient, ils ont besoin d'être occupés, de jouer", explique le militant végan. Les truies, par exemple, passent la moitié de leur vie dans des cages de 2 mètres sur 60 cm, elles ne peuvent pas se retourner et ne respireront jamais l’air extérieur.

Les vidéos d’Essere animali ont choqué l’Italie. L’organisation accumule des heures de vidéos, d’horribles scènes de maltraitance, largement diffusées sur les réseaux sociaux. Bien loin de la représentation d'un jambon haut de gamme, symbole de l'excellence italienne, vantée à longeur de publicités. Les responsables d’une dizaine de ces fermes d'élevage intensifs ont déjà été condamnés à verser une amende, l’un d’entre eux sera bientôt jugé. 

L'appellation d'origine protégée du  jambon de Parme est devenue un gros business 8 millions de cuisses de porc vendus, 800 millions d’euros de chiffre d’affaire par an.