Amazonie : la déforestation, une pratique favorisée par le gouvernement brésilien

Le déblocage d'une aide internationale de 20 millions de dollars a été décidé en marge du G7. Un financement rejeté par le président brésilien Jair Bolsonaro qui assure que les feux sont maitrisés. Mettre le feu dans un champ défriché est une pratique ancienne en Amazonie et même favorisée par l'exécutif du pays. 

FRANCE 2

En Amazonie, il y a de la forêt, des champs et les taches noires qui témoignent du passage du feu. Dans les quelques foyers restants, les paysans brûlent ce qu'il reste des arbres. "Je n'ai plus grand-chose à brûler, tout a déjà brûlé, donc je n'ai pas un grand feu", détaille l'un d'entre eux. Les grands arbres ont été coupés puis le sous-bois défriché, et ce qu'il reste brûle pour devenir des pâturages. "On ne peut pas arrêter de brûler, car on a besoin de produire de quoi manger" ajoute le paysan.

Des feux parfois incontrôlables

Mais les feux des paysans deviennent parfois incontrôlables. Un fermier qui vit de 420 bêtes de bétail se dit prêt à changer d'activité pour préserver l'Amazonie. Il aimerait replanter des arbres, mais n'a pas assez d'argent pour le faire. 2013 a été pire pour les incendies et la déforestation a été favorisée par l'ancien président Lula qui a donné des terrains gratuits à défricher pour les familles pauvres. L'ultime étape de la déforestation aura lieu courant 2022-2023. Les pâturages vont laisser place à la culture du soja.

Le JT
Les autres sujets du JT
(PABLO COZZAGLIO / AFP)