Aide sécheresse pour les agriculteurs : "C'est tout de suite que les gens ont soif et que les vaches ont faim", réagit Christiane Lambert, de la FNSEA

La présidente de la FNSEA a réagit sur franceinfo aux annonces du ministre de l'Agriculture.

Un troupeau de vaches manquant d\'eau près de Montluçon, dans l\'Allier, le 18 juillet 2019.
Un troupeau de vaches manquant d'eau près de Montluçon, dans l'Allier, le 18 juillet 2019. (SALESSE FLORIAN / MAXPPP)

Pour aider les agriculteurs touchés par la sécheresse, le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, a indiqué dimanche 21 juillet au journal le Parisien que le gouvernement allait notamment demander le versement de 70% des aides de la PAC le 16 octobre, soit une avance de trésorerie d'un milliard d'euros. "C'est une poire pour la soif qui sera utile", a reconnu dans la soirée sur franceinfo Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA. Mais elle regrette que cette aide n'arrive "qu'en octobre, malheureusement". Elle salue donc cette initiative, mais elle affirme que "c'est tout de suite que les gens ont soif et que les vaches ont faim".

franceinfo : Est-ce que l'aide annoncée par Didier Guillaume va considérablement aider les agriculteurs en difficulté ?

Christiane Lambert : Ces aides sont versées, d'habitude, à hauteur de 50% au 16 octobre. Le ministre va faire une rallonge de 20%. C'est une poire pour la soif qui sera utile. Elle n'arrivera qu'en octobre, malheureusement. C'est tout de suite que les gens ont soif et que les vaches ont faim. Nous saluons cette initiative. Mais ce dont nous avons besoin, c'est de trouver du fourrage. Avec la FNSEA, nous avons engagé depuis le 1er mai une opération pour recenser tout le fourrage nécessaire et les disponibilités. Le ministre dit qu'il veut lancer cette opération demain. Je le rassure, c'est déjà fait depuis le 1er mai. On a plus de 30 départements qui sont au travail.

Le ministre va autoriser le fauchage des terres en jachère pour apporter de la nourriture aux bêtes. C'est une bonne chose ?

J'avais demandé au ministre début juin de prendre cette décision. Malheureusement, cela n'a été octroyé qu'aux éleveurs. Nous souhaitons que les céréaliers puissent faucher leur jachère pour les mettre à disposition des agriculteurs. On ne peut pas prendre des décisions au compte-goutte alors que la situation est gravissime. J'ai demandé il y a dix jours l'extension [de la mesure] à l'ensemble des jachères françaises. C'est cette décision que le ministre doit prendre. Cela relève de la France, pas de l'Europe.

Les éleveurs ont du mal à nourrir leurs bêtes ?

Il suffit de regarder le paysage. Toutes les prairies sont complètement brunies, marrons, grillées par le soleil. Il n'y a pas plus de fourrage. Les agriculteurs sont obligés de taper dans les stocks d'hiver. Il faut donc de toute urgence trouver des solutions. J'ai plus de 30 départements en action pour trouver de la paille pour la litière, pour trouver également du fourrage. C'est très important que cela soit étendu aux zones céréalières. Par contre, la moisson est déjà faite dans tout le sud de Paris. Là où il manque beaucoup de fourrage, les moissons sont déjà faites. L'appel à ne pas broyer que donne le ministre, c'est un peu tard.

Combien y a-t-il d'agriculteurs en difficulté ?

Quand il y a 74 départements touchés, ce sont les éleveurs de ces 74 départements qui sont touchés. Pour la grande majorité des éleveurs, il faut déjà utiliser les fourrages mis de côté pour l'hiver pour nourrir les animaux. Cela appelle à prendre le taureau par les cornes et essayer, l'hiver prochain, quand l'eau va tomber en abondance, de la stocker davantage. Le ministre dit qu'il est favorable à la création de réserves d'eau. L'Espagne stocke 21% de son eau de pluie. La France n'en stocke que 2,7%, parce qu'il y a beaucoup d'opposition. J'entends des chiffres qui disent que l'eau d'irrigation prélèverait 48% des volumes. C'est archi faux. C'est 15%. Attention à ce que les militants ne véhiculent pas des chiffres faux. Le premier usage de l'eau, c'est l'eau potable. Celle qui sert aussi dans les piscines. Le deuxième usage c'est l'eau de l'industrie. Le troisième usage, c'est l'eau d'irrigation.