Agriculture : quand les céréaliers se mettent au bio

De plus en plus de très grandes exploitations se mettent à l'agriculture biologique, à l'image d'un céréalier de l'Essonne, propriétaire de 200 hectares.

FRANCE 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le secteur du bio est en plein essor en France. Et si tout a commencé doucement, sur de petites exploitations, désormais les grandes et les très grandes s'y mettent. Dans l'Essonne, Jérôme Chenevière est un céréalier qui a 200 hectares de terres. Depuis un an, il est en pleine conversion vers le bio. Terminé les désherbants de type glyphosate utilisés durant des années pour cultiver le blé et l'orge. Aujourd'hui, il utilise une bineuse mécanique pour enlever les mauvaises herbes.

"Je préfère aujourd'hui ma manière de travailler"

"L'avantage, c'est qu'on ne tue que cette plante-là, et on ne met plus du tout de produits phytosanitaires sur la totalité de la parcelle. On n'a plus de gants à porter, plus de masque. On n'a plus les contraintes météorologiques d'application de produits phytosanitaires (...) Je préfère aujourd'hui ma manière de travailler à ce que je faisais auparavant", explique le céréalier, qui parle d'un nouveau métier à apprendre.

Le JT
Les autres sujets du JT

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Un agriculteur dans son champs de pommes de terre à Avesnes-le-Sec, dans le nord de la France, le 23 avril 2019.
Un agriculteur dans son champs de pommes de terre à Avesnes-le-Sec, dans le nord de la France, le 23 avril 2019. (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)