Agriculture : le défi de la première moisson pour un jeune céréalier

Dans la Somme, le coup d'envoi des moissons a été donné avec l'orge au début du mois de juillet. Alors que le nombre d'agriculteurs baisse en France, certains jeunes se lancent tout de même dans l'aventure.

France 2

Baudouin Duhameaux vient tout juste de reprendre l'exploitation de son père à Grand-Laviers, dans la Somme. Le début du mois de juillet est le moment de sa première moisson. Le jeune agriculteur connaît bien la moissonneuse, mais le stress est d'ordre économique. "C’est toujours un petit peu stressant parce que là en fait je vois une culture, mais je vois aussi mon revenu. Je pars avec une trésorerie assez basse même si mon père est toujours là dans l'exploitation pour m'aider au cas où", raconte Baudouin Duhameaux. Dans le tracteur, à côté, son père réceptionne les grains d'orge. Il est ravi de voir son fils lui succéder. La roue de la moissonneuse joue un tour au jeune chef d'exploitation, il faut réparer au plus vite. Cela constitue une facture supplémentaire imprévue de plus de 400 euros. Un aléa qui retarde, mais n'empêche pas de remplir les bennes.

Livraison de l'orge

L'agriculteur a été épargné par la sécheresse, il livre l'orge à sa coopérative. Avant de décharger, sa céréale est analysée. Destinée aux brasseurs pour fabriquer de la bière, l'orge doit être suffisamment riche en protéines et pas trop humide. La récolte est aux normes. Baudouin Duhameaux connaîtra les prix exacts de son orge l'année prochaine, mais la quantité est au rendez-vous.

Le JT
Les autres sujets du JT
Orge
Orge (France 2)