Agriculture : des bénévoles contre les attaques de loups

Afin d'apaiser le combat entre les camps des pros et anti-loups, une association s'est donné pour mission de former des bénévoles afin qu'ils repoussent prédateurs.

Au sujet du loup, il y aceux qui militent pour sa réintroduction et les éleveurs qui ont déploré 12 000 pertes l'an passé. Ces deux camps semblent irréconciliables. Pour apaiser cette lutte, une association a mis au point un programme pour former des bénévoles afin qu'ils gardent les troupeaux et que, le cas échéant, ils puissent repousser des prédateurs. Dans la vallée de Turriers, dans les Alpes-de-Haute-Provence, l'apprentissage commence par l'installation de grillages.

"On ne vient pas l'emmerder, il ne vient pas nous emmerder"

D'ici quelques semaines, chacun d'entre eux partira seul pour aider un berger. "Le but du jeu, ce n'est pas de tuer tous les loups qui existent autour, c'est que le loup comprenne bien que quand il est à l'intérieur, il n'est pas chez lui et que quand il est à l'extérieur, il fait ce qu'il veut. On ne vient pas l'emmerder, il ne vient pas nous emmerder", explique Ingrid Briclot, l'éleveuse à l'origine de l'opération.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un loup gris dans un parc animalier. (Illustration). 
Un loup gris dans un parc animalier. (Illustration).  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)