Agriculture : "Après celle du printemps, reprendre avec une sécheresse estivale c'est difficile à vivre", déplore le vice-président des Jeunes agriculteurs

En plus des vagues de chaleur, les agriculteurs subissent un été particulièrement secs. 

Illustration de la secheresse dans le département des Rhône-Alpes le 30 juillet 2020.
Illustration de la secheresse dans le département des Rhône-Alpes le 30 juillet 2020. (REMY PERRIN / MAXPPP)

Les températures sont très hautes, jusqu'à 42° Celsius attendus dans les Hauts-de-France dans les prochains jours. La canicule touche la France depuis quelques jours, 53 départements sont en alerte orange et neuf en rouge samedi 8 août. Le mois de juillet a été aussi le plus sec en France depuis au moins 60 ans. Les agriculteurs, notamment, doivent s'adapter. "Tout souffre énormément de la chaleur du manque d'eau. Après la sécheresse du printemps, reprendre une sécheresse estivale c'est difficile à vivre pour les agriculteurs", explique samedi sur franceinfo Baptiste Gatouillat, vice-président des Jeunes agriculteurs.

>> Sécheresse : quatre graphiques pour visualiser l'aggravation de la situation en France

L'usage de l'eau est restreint pour les agriculteurs, comme pour les particuliers. Elles imposent des horaires pour arroser ou interdisent l'arrosage. "Cela fait baisser le rendement parce que c'est important pour nos cultures", indique Baptiste Gatouillat, avec des conséquences sur les récoltes "même si on a de l'eau en sous-sol et de l'eau qui est tombée pendant l'hiver".

Si la couche superficielle, les 50 premiers centimètres sont secs, les prés, les cultures, maïs, tournesols, ne poussent plus.Baptiste Gatouillat, vice-président des Jeunes agriculteursà franceinfo

Les agriculteurs essayent de s'adapter aux changements climatiques "en semant un peu plus tôt certaines cultures, en changeant les systèmes, mais les aléas sont tellement fréquents que c'est difficile de pouvoir s'adapter aussi rapidement", a déclare Baptiste Gatouillat. Les agriculteurs aménagent de retenues d'eau. "Il y a des projets de territoires qui se mettent en place pour que les agriculteurs puissent s'organiser et irriguer avec l'eau qui est tombé l'hiver quand il y a besoin, que ce soit pour la culture ou l'élevage", explique le vice-président des Jeunes agriculteurs.