Agriculteurs : la révolte de la profession mal-aimée

Une nouvelle fois, les agriculteurs ont manifesté leur colère un peu partout en France. Des tracteurs tournaient au ralenti sur les routes et des préfectures étaient bloquées, avec parfois des débordements.

France 2

Des kilos de purin devant la préfecture de Nîmes (Gard), pour déverser leur colère. Plusieurs dizaines d'agriculteurs se sont réunis cet après-midi devant des bâtiments publics. Rapidement la situation dégénère, les forces de l'ordre interviennent avec des gaz lacrymogènes pour les disperser. Les agriculteurs sont venus dénoncer la concurrence internationale. "À la fois l'embargo russe, le Ceta, le Mercosur, et maintenant Trump... ça suffit !" Témoigne l'un d'eux. Des salaires trop bas, un manque de considération... Malgré les annonces récentes du gouvernement, le malaise perdure.

"Il faudrait qu'on arrive à un prix rémunérateur"

Les agriculteurs ne se sentent pas entendus. Tous dénoncent des normes françaises trop contraignantes. "Nous, on veut rester sur la réglementation européenne. Et l'État ne fait que nous mettre des couches supplémentaires, c'est ça qui nous fait perdre la compétitivité", explique un agriculteur manifestant. Pour ces paysans, les états généraux de l'alimentation n'ont rien changé à leur quotidien. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un agriculteur regarde brûler un \"feu de la colère\" pour protester contre les distances d\'épandage, le 23 septembre 2019.
Un agriculteur regarde brûler un "feu de la colère" pour protester contre les distances d'épandage, le 23 septembre 2019. (IDRISS BIGOU-GILLES / HANS LUCAS / AFP)