Abeilles : des solutions face au déclin ?

Imaginez un monde où la nature serait stérile. Les abeilles, quand elles butinent les fleurs, transportent le pollen d'une plante à l'autre. Grâce à elles, poussent la plupart des fruits et légumes. Sans elles, plus de vie.

FRANCEINFO
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Peut-on encore sauver les abeilles ? À Malte, Ermanno de Chino tente d'enrayer l'extinction. Il a l'un des plus grands élevages de reines d'Europe. Sur ce petit caillou escarpé, peu d'agriculture intensive, et moins de pesticides. Chaque reine va pondre jusqu'à 2 000 œufs par jour. Une fois par semaine, Ermanno envoie 1 300 reines à travers tout le continent. Avec l'effondrement des colonies, cet ancien informaticien a dû faire face à une demande exponentielle : 50 fois plus qu'il y a 10 ans.

Des reines expédiées par colis

"Nous n'acceptons pas toutes les commandes, nous n'y arrivons pas. On accroît notre production d'année en année, mais la demande est beaucoup plus forte que notre capacité à produire", regrette l'apiculteur. Une fois par semaine, c'est par colis qu'Ermanno expédie ses protégées. Tous sont prêts à mettre le prix : jusqu'à 24 euros par reine. Chaque année, 24 000 d'entre elles parcourent des centaines de kilomètres en avion pour sauver les ruchers décimés.

Des drones pollinisateurs

Aux Etats-Unis, des entrepreneurs préparent déjà l'avenir. Ces ingénieurs ont mis sur le marché une petite révolution : un drone pollinisateur. "On survole les cimes des arbres et grâce à l'électricité statique, le pollen est attiré et se dépose sur les fleurs", explique Matt Kolball, co-fondateur de Dropcopter. Les résultats seraient spectaculaires. La production augmenterait de 25 % pour les amandiers, et de 50 à 60 % pour les cerisiers et les pommiers. Imaginez des escadrons de drones pollinisateurs au-dessus de vos champs, des machines qui remplaceraient la nature. Mais ces solutions divisent les experts.

Un reportage diffusé dans "Envoyé spécial" le 6 juin 2019.



Un abeille, à Pont-de-Monvert, en Lozère, le 25 juin 2018.
Un abeille, à Pont-de-Monvert, en Lozère, le 25 juin 2018. (SYLVAIN THOMAS / AFP)