Cet article date de plus d'un an.

Le géant allemand de la chimie BASF annonce la suppression de 3 300 emplois dans le monde

Le groupe a également déclaré que plusieurs unités de production allaient fermer sur son site historique de Ludwigshafen. Une usine fermera aussi en Belgique.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le site historique de BASF à Ludwigshafen, dans l'ouest de l'Allemagne, le 22 février 2023. (UWE ANSPACH / DPA / AFP)

BASF frappé de plein fouet par la hausse des coûts de l'énergie. Le géant allemand de la chimie a annoncé, vendredi 24 février, la suppression de 3 300 emplois dans le monde et la fermeture de plusieurs unités de production sur son site historique de Ludwigshafen. Sur ce site gigantesque qui compte près de 39 000 salariés, ces mesures vont conduire à supprimer environ 700 emplois. Le groupe s'attend à économiser 500 millions d'euros par an dans les services hors production à partir de 2025 et 200 millions de plus à partir de 2027 sur le site de Ludwigshafen, a-t-il précisé.

Dans le détail, BASF annonce la fermeture de l'une de ses deux unités d'ammoniac, celle produisant du caprolactame, un composant servant à produire du plastique et des fibres, ainsi que d'unités d'engrais associées. Une autre usine de caprolactame située à Anvers, en Belgique, est suffisante pour répondre à la demande interne et européenne, explique le groupe. Un autre site produisant le précurseur du plastique TDI va également fermer à cause des coûts élevés de l'énergie et d'une sous-utilisation. D'autres sites, aux Etats-Unis et en Chine, livreront les clients de ce composant.

L'Allemand ferme en outre une unité d'acide adipique à Ludwigshafen, précisant que la production du même composant via une co-entreprise en France avec Domo Chemicals, à Chalampé (Haut-Rhin), va se poursuivre. D'autres unités produisant de cyclohexanol (liquide) et de cyclohexanone (huile) ainsi que de la soude lourde vont également fermer. Le groupe va par ailleurs supprimer 2 600 emplois dans des services centraux et dans la recherche, principalement en Allemagne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.