General Electric : quelles sanctions pour la compagnie américaine ?

Alors qu'il avait promis la création d'un millier d'emplois en France en 2014, le géant américain General Electric a annoncé jeudi 14 juin qu'il ne pourra pas tenir sa promesse. La France compte lui infliger une amende de 34 millions d'euros.

France 2

General Electric ne tiendra pas sa promesse. Dans une annonce publiée jeudi 14 juin, le géant américain confirme qu'il ne pourra pas créer le millier d'emplois qu'il avait promis en 2014, au moment du rachat de la branche énergie d'Alstom. Le gouvernement français compte réagir en lui infligeant une amende de 34 millions d'euros.

Une amende dérisoire pour General Electric ?

Sur le plateau du journal de 20 Heures, le journaliste Jean-Paul Chapel nous explique en quoi cette sanction serait dérisoire pour General Electric."Au ministère de l'Économie, on confirme que General Electric devra bien payer une amende pour n'avoir pas respecté ses engagements, annonce-t-il. Mais il n'y a aucune précipitation : l'échéance de cet engagement est à la fin de l'année 2018, on fera les comptes à ce moment-là. Si aucun emploi n'a été créé ou supprimé d'ici là, l'amende s'élèverait à 34 millions d'euros. À l'échelle du géant mondial General Electric, c'est très peu. Son chiffre d'affaires est d'environ 100 milliards d'euros. La menace de sanction du gouvernement français n'inquiète donc pas vraiment le groupe américain."

Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo de General Electric, le 23 juin 2014, sur le site de Belfort (Territoire de Belfort).
Le logo de General Electric, le 23 juin 2014, sur le site de Belfort (Territoire de Belfort). (SEBASTIEN BOZON / AFP)