Emploi : General Electric va supprimer 765 emplois en France

Le groupe américain qui a repris la branche énergie d'Alstom s'était engagé à créer beaucoup d'emplois en France.

FRANCE 2

C'est en région parisienne comme à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) que l'entreprise General Electric compte supprimer le plus de postes. L'entreprise l'a annoncé, plus de 700 postes vont disparaître. 765 au total en France, dans les services juridiques, les ressources humaines et la communication.

Colère du côté des syndicats. "À ce stade, nous refusons de nous mettre dans la logique de savoir si c'est Pierre ou Paul dont on va supprimer l'emploi. De toute façon, ce sera toujours des suppressions d'emplois de trop, mais ça masque quelque chose de beaucoup plus fondamental, c'est quel est le devenir de la filière énergétique en France et en Europe", réagit Laurent Santoire, délégué syndical CGT.

Toute l'Europe concernée

L'entreprise se justifie en évoquant des doublons après le rachat d'Alstom signé en novembre dernier. Un coup de massue pour les salariés alors que General Electric annonçait il y a un mois à peine, la création de 1 000 nouveaux postes principalement sur le site historique de Belfort. Une promesse qui sera bien tenue affirme l'entreprise. La France n'est pas le seul pays touché par ces suppressions de postes. Au total, 6 500 postes devraient être supprimés dans toute l'Europe.
Le JT
Les autres sujets du JT
Le logo de General Electric, à Belfort (Territoire-de-Belfort), le 23 juin 2014.
Le logo de General Electric, à Belfort (Territoire-de-Belfort), le 23 juin 2014. (SEBASTIEN BOZON / AFP)