Les syndicats prêts à affronter le gouvernement

François Hollande et Emmanuel Macron ont été interpellés par des syndicalistes hier, mardi 13 octobre. La CGT compte boycotter la prochaine grande conférence sociale.

FRANCE 2

Ce sont deux images qui ont marqué la journée d'hier, mardi 13 octobre. En visite sur un chantier naval de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), François Hollande a été apostrophé par Sébastien Benoît, responsable CGT. Ce chaudronnier a refusé de serrer la main du Président en signe de solidarité avec les salariés d'Air France poursuivis par la justice.

"On était pas dans le sujet de la politesse. On était dans le sujet d'avoir un regard l'un envers l'autre et un regard franc et direct. Il n'y a aucune raison que les salaries subissent ce qu'ils ont à subir actuellement", explique-t-il à France 2 aujourd'hui.

Bras de fer engagé

Dans le même temps, à la Bourse du travail de Lyon (Rhône), l'intervention d'Emmanuel Macron lors d'une table ronde a été interrompue quand une femme a jeté un pot de dessert depuis le public. "Tu ne devrais pas être dans un gouvernement socialiste. Tu es un assassin, tu assassines les chômeurs !", a hurlé cette militante proche du Front de gauche avant d'être expulsée.

Les syndicats semblent déterminer à aller au bras de fer. La CGT annonce qu'elle boycottera la grande conférence sociale prévue lundi 19 octobre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une employée d\'Air France agite un drapeau de la CGT devant un avion de la compagnie à l\'aéroport de Roissy, le 1er octobre 2015.
Une employée d'Air France agite un drapeau de la CGT devant un avion de la compagnie à l'aéroport de Roissy, le 1er octobre 2015. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)