Commandes sur internet : le job de livreur est en plein boom

On les voit partout dans les villes, mais on ignore qu'ils sont souvent indépendants et non salariés. L'enquête de France 2.

FRANCE 2

Cinq heures par jour, cinq jours par semaine : le chauffeur livreur qu'a suivi France 2 file entre les voitures. Sa mission, livrer des repas chauds en moins d'une demi-heure. Sur son vélo, il est son propre patron, il travaille à son compte. Tout se passe sur internet : un millier de livreurs se connectent chaque jour comme lui. Et quand son téléphone sonne, il a une nouvelle livraison à effectuer.

Une concurrence sauvage

En moyenne, Vincent Larramendy gagne 100 euros par jour. Le secret de cette start-up ? Tous ses livreurs sont autoentrepreneurs : pas de congés, pas de droit au chômage ni aux congés maladies. Et pour l'entreprise, pas de charges. Résultat : une concurrence sauvage avec les entreprises classiques. Dans l'une d'entre elles où s'est rendue France 2, il n'y a que des coursiers salariés : les 15 personnes en CDI travaillent 32h par semaine. Ici, les courtiers sont payés 1 600 euros par mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Kevin, livreur à vélo pour Take Eat Easy, patiente entre deux courses à la station de métro Bonne Nouvelle, à Paris.
Kevin, livreur à vélo pour Take Eat Easy, patiente entre deux courses à la station de métro Bonne Nouvelle, à Paris. (JULIETTE DUCLOS / FRANCETV INFO)