VIDEO. Noël offre son lot de petits boulots aux intérimaires

En 2013, le nombre de contrats d'intérim avait grimpé de 15% en décembre. A cette période de l'année, les petits boulots sont plus nombreux, mais débouchent rarement sur des contrats pérennes.

T. DE TRICORNOT, E. MARTIN / FRANCE 2

En ce moment, il collectionne les bisous, mais aussi les contrats. Sous le costume du père Noël, François Quéval, comédien payé à la journée, assure l'animation dans une commune de la région parisienne. En cette période de fêtes, les petits boulots comme le sien sont nombreux : en 2013, le nombre de contrats en intérim avait grimpé de 15% en décembre.

Des contrats nombreux, mais précaires

Au total, François Quéval a endossé son costume rouge et blanc une vingtaine de fois en ce dernier mois de l'année. "La rémunération est variable selon les employeurs, explique-t-il à France 2. Il faut compter environ 150 euros pour une prestation." L'emploi est bien payé pour ce comédien qui a l'habitude d'enchaîner les petits boulots d'intermittents du spectacle, une vie qu'il reprendra très bientôt.

Car une fois les fêtes passées, ces postes débouchent rarement sur une embauche. "C'est plus dur de trouver des contrats saisonniers, confie Guillaume Vitielo, actuellement en contrat de 2 mois, payé au Smic, auprès d'un traiteur marseillais. Là il y a énormément de boulot mais je ne sais pas comment ça va se passer."

De rares embauches, cadeaux de Noël surprises

D'autres ont plus de chance; Après deux mois passés au milieu des boîtes de jouets télécommandés, le contrat de Kévin Dardé s'arrête en théorie dans une semaine, mais depuis son arrivée, le jeune homme enchaîne les records de vente. Son directeur lui a donc proposé de rester plus longtemps, avec un CDI à la clé. Un cadeau de Noël surprise, mais rare : à l'issue des fêtes, son patron n'a prévu d'embaucher que deux personnes sur les 40 intérimaires recrutés pour Noël.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un père Noël au chateau de Manderen (Moselle), le 5 décembre 2014.
Un père Noël au chateau de Manderen (Moselle), le 5 décembre 2014. (MAXPPP)