VIDEO. Fraude au chômage partiel : "Il y aura plus de 50 000 contrôles d’ici la fin de l’été", affirme Muriel Pénicaud

"Dans quelques semaines les sanctions vont tomber", a averti la ministre du Travail.

FRANCEINFO / RADIO FRANCE

"Fin avril, on était à 8,6 millions Français au chômage partiel", a déclaré lundi 8 juin sur franceinfo Muriel Pénicaud, ministre du Travail. "Il y aura plus de 50 000 contrôles [d’entreprises] d’ici la fin de l’été."

"Quand on fraude au chômage partiel, c'est du travail illégal, donc ce sont de lourdes sanctions administratives, financières et pénales. Si c’est de la fraude, il y aura des sanctions", a affirmé Muriel Pénicaud. La ministre évoque des "secteurs un peu plus fraudogène" et parle de "gens qui étaient en télétravail à temps plein et qui en même temps étaient au chômage partiel". Muriel Pénicaud envoie "un petit message" aux entreprises : "vous pouvez encore déclarer que c'était une erreur et que vous vous êtes trompés. Mais dans quelques semaines les sanctions vont tomber. C'est le moment d'être raisonnable."

Si c'est une erreur on corrige. Si c'est de la fraude il y aura des sanctions.

Muriel Pénicaud

à franceinfo

Muriel Pénicaud, va recevoir les numéros un des syndicats et du patronat ce mardi 9 juin pour une réunion de travail sur la situation de l'emploi en France et en Europe. Des réunions bilatérales seront également organisées entre le ministère et chaque syndicat tout au long de la semaine, notamment sur l'arrêt du chômage partiel. "Il a vocation à se transformer. On va mettre en place un dispositif d'activité partielle de longue durée où on ne serait pas à temps plein au chômage partiel, mais où les salariés pourraient avoir une réduction du temps de travail compensée en partie par l'Etat. Cela permettra de garder son emploi. Cela sera négocié dans l'entreprise", explique la ministre. Ce dispositif "a vocation à durer un ou deux ans."

Muriel Pénicaud, ministre du Travail, était l\'invitée de franceinfo lundi 8 juin 2020.
Muriel Pénicaud, ministre du Travail, était l'invitée de franceinfo lundi 8 juin 2020. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)