Traverser la rue pour trouver un emploi : un an après, Jonathan vient de signer "un nouveau contrat pour cet hiver"

Depuis qu'il a eu cet échange autour de la recherche d'emploi avec le président de la République, Jonathan Dahan a enchaîné plusieurs contrats un peu partout en France et veut "aller de l'avant".

Emmanuel Macron, s\'adressant à Jonathan Jahan, le 15 septembre 2018 lors des Journées du patrimoine à Paris.
Emmanuel Macron, s'adressant à Jonathan Jahan, le 15 septembre 2018 lors des Journées du patrimoine à Paris. (CAPTURE D'ÉCRAN FRANCE 2)

C'était le 15 septembre 2018, lors des Journées du patrimoine. Jonathan Jahan recevait ce conseil de la part d'Emmanuel Macron : "Si vous êtes prêt et motivé, dans l'hôtellerie-café-restauration, il n'y a pas un endroit où je vais où ils ne me disent pas qu'ils cherchent des gens. Pas un ! Il faut y aller. Honnêtement, je traverse la rue, je vous en trouve. Ils veulent simplement des gens qui sont prêts à travailler, avec les contraintes du métier".

Ce conseil, Jonathan a fait plus que le suivre, selon France Bleu Orléans, qui l'a rencontré, un an après cet échange. Ce n'est pas la rue qu'il a traversée, mais la France : après avoir travaillé quatre mois cet été en Bretagne, près de Saint-Malo, il s'apprête à partir cet hiver pour cinq mois en Haute-Savoie, loin de Beaune-la-Rolande, ce village du Loiret où il habite.

Du boulot, il n'y en a pas spécialement là où je suis, donc il faut aller le chercher loin. C'est pas grave, du moment qu'ils [me] logent, c'est bon.Jonathan Jahanà franceinfo

Et dans les deux cas, c'est bien un restaurant qui l'emploie. Jonathan a définitivement tourné le dos à l'horticulture, et après un épisode comme cariste dans la logistique, il pense avoir trouvé sa vocation dans la restauration. "Tout me plaît, je n'ai pas eu de retour négatif."

L'épisode de l'Elysée l'a finalement peut-être servi. En tout cas on en lui parle encore. "C'est toi qui es passé à la télé, t'es une star", lui disent certains. "J'ai envoyé des CV et des lettres de motivation, ils n'étaient pas obligés de répondre mais ils l'ont fait". Désormais Jonathan ne souhaite pas "revenir sur le passé" et veut juste aller de l'avant.

Le reportage de François Guéroult, France Bleu Orléans
--'--
--'--