Réforme du Code du travail : 63% des Français plébiscitent le dialogue social

Les Français sont très partagés sur le principe d'une réforme du Code du travail et ne souhaitent pas que le gouvernement passe en force sur cette réforme, selon un sondage Odoxa pour franceinfo publié mercredi.

Philippe Martinez, le numéro un de la CGT, en marge de la consultation avec Emmanuel Macron sur la réforme du Code du travail, le 23 mai 2017, à l\'Elysée.
Philippe Martinez, le numéro un de la CGT, en marge de la consultation avec Emmanuel Macron sur la réforme du Code du travail, le 23 mai 2017, à l'Elysée. (MAXPPP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

La réforme du code du travail pourrait bien être le premier dossier brûlant du quinquennat. Selon un sondage Odoxa pour franceinfo* publié mercredi 24 mai, les Français plébiscitent le dialogue social plutôt qu'un recours aux ordonnances sur ce sujet.

52% des Français contre des ordonnances

On ne connaît pas encore le détail de la réforme, mais Emmanuel Macron a déjà donné la méthode : il veut réformer par ordonnances. La loi de ratification des ordonnances devrait être débattue courant septembre à l'Assemblée. Or la majorité des Français est opposée à la procédure des ordonnances, à 52% contre 46% qui y sont favorables.

Les sondés plébiscitent plutôt le dialogue social : 63% des personnes interrogées souhaitent que le gouvernement tienne compte le plus possible de l'avis des syndicats, quitte à revoir la réforme si les partenaires sociaux s'y opposent.

Par ailleurs, deux Français sur trois (66%) comprendraient, voire soutiendraient, un vaste mouvement de contestation contre la réforme du Code du travail si jamais Emmanuel Macron décidait de passer en force.

Les Français divisés sur le fond

Pourtant, les Français sont très partagés sur le principe d'une réforme du Code du travail. 51% sont contre et 48% sont pour. Ces résultats tombent sous la marge d'erreur du sondage.

Des tendances claires se dessinent sur certaines mesures envisageables dans la future réforme. Le plafonnement des indemnités aux prud'hommes est très impopulaire tandis que la priorité donnée aux négociations dans l'entreprise, plutôt qu'au niveau des branches, est très populaire parmi les sondés.


* Sondage Odoxa pour franceinfo réalisé lundi 22 mai et mardi 23 mai sur un échantillon de 1 014 personnes représentatif de la population française majeure.