Pierre Gattaz contre la taxation des CDD et la suppression des aides aux entreprises

Pierre Gattaz, président du Medef jusqu'au 3 juillet, est l'invité des "4 Vérités" de France 2, mardi 26 juin.

France 2

Bruno Le Maire veut économiser un milliard d'euros en supprimant les aides aux entreprises qui ne créent ni emplois ni activités. Pierre Gattaz y est opposé. "Les aides sont des incitations fiscales mises en place parce que la fiscalité est trop lourde. Si on les supprime, il faut baisser la fiscalité", estime celui qui est encore président du Medef jusqu'au 3 juillet dans "Les 4 vérités", mardi 26 juin. "Plutôt que de supprimer le crédit impôt recherche par exemple, il vaut mieux baisser le coût du travail sur les chercheurs".

Le gouvernement veut aussi taxer les contrats courts. "Il ne faut pas. Cela ne crée pas d'emplois, cela a été démontré en 2013. Certaines professions en ont besoin. il faut donner plus de flexisécurité aux CDI", assure-t-il.

Il prône la patience pour le chômage

Dans la loi Pacte présentée par le ministre de l'Économie et des Finances, l'entreprise ne se limiterait pas à la recherche de profits, mais elle aurait un rôle social et environnemental. Pierre Gattaz soutient Bruno Le Maire : "Il faut créer un modèle social français d'excellence économique, profondément humain et respectueux de l'environnement".

Il juge que "les réformes économiques vont dans le bon sens, mais il faut encore attendre un ou deux ans pour voir le chômage baisser et pouvoir redistribuer de la richesse". Le futur ex-président du Medef conseille au gouvernement de "s'occuper de tous les territoires". Pour lui, "le Brexit est lié à la rupture entre les villes et les campagnes".

Pierre Gattaz, le président du Medef, le 31 août 2017 à Paris. 
Pierre Gattaz, le président du Medef, le 31 août 2017 à Paris.  (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)