Nord : vers une délocalisation de la production de l'aciérie Ascoval en Allemagne ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Article rédigé par
A.Sylvain, A.Lepinay, J.Cohen - France 2
France Télévisions

L'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord) pourrait délocaliser la moitié de sa production en Allemagne pendant des mois selon les syndicats. Une décision qui suscite colère et perplexité, alors que ce déménagement aurait pour but de diminuer la facture énergétique.

C'est peut-être un nouveau coup dur pour les 300 employés d'Ascoval à Saint-Saulve (Nord). Selon une information France Télévisions, 50% de la production pourrait être transférée sur un site allemand appartenant au même groupe. Une catastrophe pour les salariés français déjà éprouvés et qui pourraient être placés au chômage partiel deux semaines par mois, juste avant Noël. "Pour nous, ce n'est pas acceptable. Le carnet est plein, on travaille, point barre", estime Nassim Bardi, élu CGT.

Une décision le 29 novembre

La raison de ce transfert : la multiplication par plus de trois de la facture d'énergie du site français. Il fonctionne complètement à l'électricité alors que le haut-fourneau allemand tourne grâce au charbon, beaucoup moins cher, mais aussi beaucoup plus polluant.Pour Fabien Roussel, député PCF du Nord, les enseignements de la COP26 semblent déjà oubliés. "Quelques jours après la COP de Glasgow, un actionnaire décide de délocaliser la production d'une usine décarbonée à une usine à charbon", fustige l'élu local. Le directeur d'Ascoval sera reçu le 18 novembre au ministère de l'Economie qui affirme suivre de très près cette affaire. Les salariés devraient être fixés le 29 novembre lors d'un comité social d'entreprise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.