Cet article date de plus de cinq ans.

Les patrons écrivent à François Hollande pour réclamer une "loi d'urgence pour l'emploi"

Dans une lettre ouverte publiée par "Le Journal du Dimanche", plusieurs organisations patronales proposent "des mesures d'urgence pour l'emploi".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président du Medef, Pierre Gattaz, le 17 novembre 2015 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

Ils appellent à la "mobilisation générale". A la veille d'une série de rendez-vous lundi à Matignon entre le Premier ministre et les principales organisations syndicales et patronales, les patrons interpellent dimanche 10 janvier le président de la République, dans une lettre ouverte publiée par le Journal du Dimanche.

Le texte est signé par les présidents du Medef, de l'Afep (association française des entreprises privées), de Croissance Plus, d'EDC (entrepreneurs et dirigeants chrétiens) et d'Ethic. Dans cette lettre commune, ils proposent "des mesures d'urgence pour l'emploi", comme "un contrat de travail agile" avec "plafonnement des indemnités prud'homales" et "prévoyant des motifs de rupture liés à la situation de l'entreprise ou la réalisation d'un projet"

Les patrons demandent une expérimentation de leurs propositions

Ils demandent également une exonération totale de cotisations sociales patronales durant deux ans pour toute nouvelle embauche dans les petites entreprises. Ainsi qu'une exonération sociale totale pour tout recours à un alternant (apprenti ou contrat de professionnalisation).

Les entrepreneurs souhaitent également que soit facilitée "l'embauche de chômeurs de longue durée ou de personnes éloignées de l'emploi" mais que la loi qu'ils appellent de leur voeux facilite aussi "des nouvelles formes d'activité indépendante". Dans cette lettre, ils assurent que "le coût de ces mesures sera largement compensé par les économies sur les comptes sociaux grâce à la réduction du chômage résultant de leur mise en œuvre".

Le patronat souhaite une "expérimentation" de ces mesures pour "démontrer les effets concrets des mesures susceptibles de créer de l'emploi". Le Premier ministre Manuel Valls doit évoquer lundi les futures mesures destinées à faire baisser le chômage avant 2017, quelques jours après les voeux télévisés de François Hollande au cours desquels le chef de l'Etat a décrété "l'état d'urgence" contre le chômage.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.