Emploi : la démission indemnisée, ça se complique

Emmanuel Macron veut que les salariés puissent quitter leur emploi tout en bénéficiant d'allocations chômage. Des démissions volontaires qui au final pourraient coûter cher.

France 3

Quitter un CDI pour créer son agence d'intérim, c'est le choix qu'a fait Céline de Oliveira il y a quatre ans. Son employeur a eu du mal à l'accepter. Pour faciliter ces prises d'initiative, Emmanuel Macron a promis pendant sa campagne de permettre à quelqu'un qui démissionne de toucher le chômage. Problème : cette mesure coûterait entre 8 et 14 milliards d'euros rien que la première année.

Avoir un projet professionnel

Lors de son intervention télévisée, le chef de l'État a annoncé qu'il y aurait des conditions : une ancienneté de cinq, six ou sept ans avant chaque démission, et surtout, porter un projet professionnel. Une mesure compliquée selon Jean-Paul Charlez, président de l'association nationale des DRH : "Qu'est-ce que qu'un projet personnel ? Qui va l'apprécier ?" Autre problème : Céline de Oliveira n'aurait pas pu se lancer après une démission. C'est une rupture conventionnelle qui lui a permis de toucher 60 000 euros. Dernière inconnue : le nombre de salariés concernés. En France, ils sont déjà un million chaque année à démissionner sans toucher le chômage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les employés d\'une entreprise française de jeux vidéo à Barcelone, en septembre 2017. (Photo d\'illustration)
Les employés d'une entreprise française de jeux vidéo à Barcelone, en septembre 2017. (Photo d'illustration) (LLUIS GENE / AFP)