Emploi : des mécaniciens très courtisés

Les mécaniciens se font de plus en plus rares, provoquant une pénurie de main-d'oeuvre chez les garagistes. Ils sont ainsi convoités par de nombreux patrons. 

France 3

Nicolas est un jeune homme courtisé. À 21 ans, il est arrivé sur le marché de l'emploi en tant que mécanicien ; une denrée rare. Mais son arrivée n'est pas suffisante. Ce garage fonctionne avec cinq personnes au lieu de neuf, et les délais s'allongent pour les clients. Le patron a pourtant épluché près de 500 CV ces dernières semaines. Il s'agit d'un phénomène qui s'aggrave, selon lui, depuis un an. Alors, certains n'hésitent plus à se voler des salariés. Pascal Poselianoff, garagiste, nous raconte la méthode employée par des concurrents. "Si je sais qu'il y a quelqu'un qui n'est pas très bien à l'endroit où il est en ce moment, ou qui pense que l'herbe sera plus verte ailleurs, je vais le solliciter", précise-t-il.

Les salaires augmentent pour les mécaniciens

Ce franchisé qui gère deux garages sur Poitiers (Vienne) s'est fait voler un mécanicien, mais il s'en sort bien ; les effectifs sont maintenant au complet. Il faut dire qu'il appartient à un groupe avec de nombreux avantages pour les salariés. Il a aussi modernisé les machines pour le confort de ses mécaniciens et puis il met la main au porte-monnaie en développant les contrats d'apprentissage. Avantage pour cette pénurie de main-d'oeuvre : les salaires augmentent pour les mécaniciens, ce qui pourrait attirer les jeunes vers une filière encore considérée par certains comme une voie de garage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un garagiste effectue un contrôle technique à Lens (Pas-de-Calais), le 5 janvier 2012.
Un garagiste effectue un contrôle technique à Lens (Pas-de-Calais), le 5 janvier 2012. (LA VOIX DU NORD / MAXPPP)