Coronavirus : les aéroports subissent la crise de plein fouet

Les conséquences économiques de la quasi-paralysie du trafic aérien sont très importantes pour les aéroports. L'aéroport Roissy-Charles de Gaulle a perdu 15% de ses passagers par rapport à l'année dernière. Au sol, de nombreuses entreprises s'inquiètent pour leur avenir.

FRANCE 3

Crevettes sautées, poulet aux petits légumes, Servair est le leader français de la restauration aérienne. Installés au pied des pistes de Roissy (Val-d'Oise), l'entreprise fabrique en temps normal 120 000 plateaux repas par jour. Avec le Covid-19, elle n'en produit plus que 20 000. Le standing a également changé, car les hommes d'affaires ne traversent plus les océans. 

Environ 60% des salariés sont au chômage partiel

Depuis mars, de nombreuses chaînes de montage sont fermées. Elles assemblaient chaque jour 10 000 plateaux repas pour Air France, dont la plupart restent au sol. Environ 60% des salariés sont donc au chômage partiel. La direction ne veut pas licencier, mais propose à 500 salariés de partir grâce à une rupture conventionnelle. "Aujourd'hui, on est à 75-80% de baisse de chiffre d'affaires", assure André Formoso, directeur de l'établissement Servair 1.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le tarmac de l\'aéroport Roissy - Charles de Gaulle, près de Paris, le 23 juin 2020.
Le tarmac de l'aéroport Roissy - Charles de Gaulle, près de Paris, le 23 juin 2020. (UGO PADOVANI / HANS LUCAS / AFP)