Cet article date de plus de sept ans.

Chômage : la baisse du chômage en août amplifiée par un bug chez SFR

Selon le ministère et Pôle emploi, la baisse du nombre de demandeurs d'emploi n'est pas de 50 000 mais de 22 000 à 29 000 personnes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un salon de l'emploi organisé par Pôle emploi, à Nantes (Loire-Atlantique) en janvier 2013.  (ALAIN LE BOT / AFP)

Mauvaise nouvelle pour le gouvernement. Le ministère du Travail et Pôle emploi ont révélé, lundi 30 septembre, un "dysfonctionnement" chez SFR qui a amplifié la baisse "record" du chômage en août. Les 50 000 chômeurs en moins annoncés précédemment sont en réalité compris entre 22 000 et 29 000. Francetv info revient sur les causes et les conséquences de ce bug.

Dysfonctionnement technique 

Pôle emploi a remarqué, après enquête, que certains demandeurs d'emploi n'ont pas reçu les messages de relance les invitant à actualiser leur dossier. "L’opérateur SFR a indiqué avoir rencontré une grave défaillance dans l’acheminement d’une partie des messages de relance (SMS et messages vocaux) aux demandeurs d’emploi lors de la campagne d’actualisation du mois d’août", écrit le ministère. Mais l'opérateur de téléphonie mobile, joint par Le Monde, refuse de porter la responsabilité du bug. Il réplique qu'il revenait à Pôle emploi de lui signaler le problème. 

Dans tous les cas, en raison de cette défaillance, le nombre de personnes désinscrites des listes de Pôle emploi pour défaut d'actualisation de leur situation avait explosé en août. Il était passé de 200 000 habituellement à 277 500 personnes. L'opposition avait dénoncé une "manipulation statistique" alors que Le Monde évoquait déjà un possible problème technique. De leur côté, Les Echos avertissaient d'un probable retour de bâton en septembre en raison des nombreuses réinscriptions des chômeurs radiés des listes durant la période estivale.  

Des chiffres revus à la baisse

Sans ce dysfonctionnement, la diminution de l'ensemble des chômeurs de catégories A, B et C serait comprise entre 22 000 et 31 000 (entre -0,4 % et -0,6 %), contrairement aux 62 700 annoncés. De son côté, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A aurait baissé entre 22 000 à 29 000 (de -0,7% à -0,9%), contre les 50 000 (-1,5%) sur lesquels le gouvernement a communiqué. Le ministère s'est basé sur les comportements d'actualisation observés par le passé pour pouvoir réaliser ces estimations.

Du coup, exit la baisse record, sans équivalent depuis janvier 2001, puisqu'en février 2007, le nombre de chômeurs de catégorie A avait baissé de presque 30 000. Si la diminution demeure, elle apparaît beaucoup plus modeste.

Aucun changement, selon Michel Sapin

Lors de la publication des premiers chiffres, le gouvernement avait tenu à se montrer prudent, indiquant qu'il ne s'agissait pas encore d'une inversion de la courbe du chômage. Le ministre du Travail rappelle d'ailleurs qu'un "avertissement" concernant une éventuelle anomalie avait accompagné la publication de ces résultats.

Cependant, Michel Sapin continue de voir les signes positifs d'une sortie de la crise. Pour le ministre, malgré les nouveaux chiffres, "l’amélioration de la situation du marché du travail se confirme en août". "L’analyse portée sur la situation et ses perspectives pour les mois à venir ne sont donc en rien modifiées."

Le ministre a demandé par ailleurs au directeur de Pôle emploi de tout faire pour "que de tels incidents ne puissent en aucun cas se reproduire" et de veiller à l'absence de conséquences pour l'indemnisation des demandeurs d'emploi.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.