Chômage : "La première chose que va faire un chef d'entreprise, c'est de ne pas embaucher", met en garde le Medef

Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef, est l'invité des "4 Vérités" de France 2, mercredi 15 juillet.

France 2

Le Medef a-t-il l'impression d'être écouté concernant la réforme des retraites ? "Le calendrier semble s'être détendu. Soyons clairs, pour nous il faut faire une réforme des retraites a minima sur le sujet financier. Parce que malheureusement, le trou s'est creusé assez violemment, on parle de 30 milliards d'euros pour l'année 2020", indique Geoffroy Roux de Bézieux, président du Medef et invité des "4 Vérités" de France 2, mercredi 15 juillet.

Faut-il plaider pour plus de consommation de la part des Français ? "Il y a eu de l'épargne de précaution pendant le confinement, c'est un acte un peu citoyen de consommer", veut croire Geoffroy Roux de Bézieux.  

"C'est le moment de faire circuler l'argent"

Le président de la République a annoncé un plan de relance à hauteur de 100 milliards d'euros pour favoriser la reprise de l'économie. "Je préfère moins d'annonces et plus de résultats. [...] Ce qu'il ne faut pas, c'est que ce soit une lente machine bureaucratique qui se mette en place. C'est annoncé là maintenant, on le vote en octobre et au fond c’est à partir du printemps prochain [que cela est débloqué]", indique Geoffroy Roux de Bézieux. Quand faut-il débloquer cet argent ? "Le plus vite possible, à la rentrée. Si la machine repart un peu, ce qui semble se dessiner, c'est le moment de faire circuler l'argent, de remettre la France en marche".  

Les mesures annoncées par le gouvernement vont-elles suffire concernant l'emploi des jeunes ? "C'est très clairement le retour des emplois aidés", analyse Geoffroy Roux de Bézieux. Cela est-il justifié ? "Oui parce que la crise est difficile. En même temps, le risque des emplois aidés, c'est qu'à la fin du contrat le jeune ne trouve pas d'emploi", ajoute-t-il. "La première chose que va faire un chef d'entreprise ce n'est pas de licencier, c'est de ne pas embaucher", précise le patron des patrons.

Geoffroy Roux de Bézieux, le 9 juillet 2020 à Matignon.
Geoffroy Roux de Bézieux, le 9 juillet 2020 à Matignon. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)