Chômage : entretien avec une ancienne des abattoirs de GAD, 4 ans après la fermeture

Quatre ans après la fermeture d'un abattoir breton, France 3 a rencontré l'une des employées licenciées à l'époque. 

France 3

Elle a travaillé 13 ans dans les abattoirs de GAD en Bretagne, d'abord ouvrière puis commerciale. Mais tout s'arrête en 2013. France 3 a rencontré Rachel Réault, licenciée du jour au lendemain, qui a retrouvé un emploi après plusieurs années de recherche."Quand on lit qu'on est licenciée, on se dit que c'est la fin. J'étais effondrée, en larmes. Toute une vie s'écroulait. Un choc et peu d'espoir",confie-t-elle. Pour elle, les conditions du reclassement qui lui sont alors proposées sont inacceptables, localisés en Hongrie, en Roumanie, ou en Espagne.

Un nouvel emploi

Commence alors une longue période de recherche d'emploi. Rachel enchaine pendant deux ans des petits boulots. Elle décroche enfin un emploi de commerciale dans une pépinière, un emploi qu'elle "adore". Tous les anciens de GAD n'ont pas eu cette chance, plus de 200 d'entre eux sont encore inscrits à Pôle emploi.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des employés des abattoirs Gad à Josselin (Morbihan), le 22 octobre 2013.
Des employés des abattoirs Gad à Josselin (Morbihan), le 22 octobre 2013. (FRED TANNEAU / AFP)