Chômage : baisse envisagée de l'indemnisation des cadres

Le gouvernement reprend la main sur l'assurance-chômage. Plusieurs mesures doivent être dévoilées mercredi 27 février. L'idée de réduire et plafonner les indemnités pour les cadres refait surface.

Voir la vidéo
France 3

Les cadres moins indemnisés pour renflouer les caisses de l'assurance-chômage ? C'est l'une des pistes de l'exécutif qui envisage deux options : la dégressivité des allocations mensuelles ou la baisse des plafonds d'indemnisation. Le chômage des cadres coûte aujourd'hui plus d'un milliard d’euros par an et concerne 189 000 personnes.

Comme tous les demandeurs d’emploi, les cadres sont indemnisés pendant deux ans, voire trois ans pour les plus de 55 ans. Ils touchent le plus souvent 57% de leur ancien salaire qui est souvent élevé. Ils peuvent donc percevoir jusqu’à 7 700 euros bruts par mois.

La CFDT contre, LREM pour

Toucher à ces droits n'est pas acceptable pour les syndicats. Laurent Berger (CFDT) a dénoncé une discrimination dans les "4 Vérités" lundi 25 février. Pour les élus de la majorité, c'est une mesure logique. "Les cadres dirigeants connaissent un taux de chômage extrêmement modeste, explique Gilles Legendre, président du groupe LREM à l'Assemblée nationale. Et quand ils connaissent une période de chômage, elle est très brève, et ils sont indemnisés dans des proportions et à des niveaux qui sont supérieurs à tout ce qui est constaté dans tous les autres pays".

Selon l'Unédic, baisser le plafond d'indemnisation de 40% permettrait de réaliser près de 285 millions d'euros d'économies par mois. Après l'échec des négociations des partenaires sociaux, le gouvernement doit donner mercredi plus de précisions sur cette réforme.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une conseillère de Pôle emploi discute avec une femme à la recherche d\'un emploi, le 16 décembre 2015, dans une agence de Lille (Nord). 
Une conseillère de Pôle emploi discute avec une femme à la recherche d'un emploi, le 16 décembre 2015, dans une agence de Lille (Nord).  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)