Automobile : une usine Renault à l'arrêt à cause de la pénurie de composants électroniques

Publié
renault
franceinfo
Article rédigé par
P.-L. Monnier, M. Martel, J. Duboz, D. Chevalier - franceinfo
France Télévisions

La pénurie de matières premières et de pièces détachées contraint l'usine Renault de Sandouville (Seine-Maritime) de fermer pendant plus de quinze jours.

En temps normal, près de 2 000 personnes travaillent dans l'usine Renault de Saindouville, située près du Havre, en Seine-Maritime. Mais depuis vendredi 15 octobre, il n'y a pas âme qui vive jusqu'au 3 novembre au moins. Ce genre de situation se multiplie, dû au manque de composants électroniques nécessaires à la fabrication de véhicules. Firaia Gilmutdnova, intérimaire dans l'usine, cumule près de 33 jours de repos forcés depuis le mois de juillet. Elle touche le chômage partiel, mais perd tout de même de l'argent : 500 euros en septembre par exemple. "On ne sait pas le montant de notre salaire à la fin du mois, on ne sait pas comment on va payer nos factures", déplore-t-elle. Les salariés en CDI sont en revanche indemnisés à 100%.

Une pénurie jusqu'en 2022 au moins

Malgré la pénurie de composants électroniques, le carnet de commandes de l'usine Renault de Sandouville ne désemplit pas. Cette interruption de la production pénalise tous les sous-traitants. "Une personne qui est à l'arrêt, c'est six ou sept personnes qui sont touchées. C'est un effet domino dévastateur en termes social et économique", explique Fabien Gloaguen, délégué Force ouvrière. La pénurie de puces électroniques devrait durer jusqu'en 2022, voire plus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.