Assurance chômage : les patrons claquent la porte des négociations

L'urgence du moment c'est de sauver les négociations sur l'assurance chômage. Lundi 28 janvier, le patronnat a claqué la porte. Les chefs d'entreprises ne veulent pas d'un malus sur les contrats courts. Le Medef demande maintenant une clarification.

FRANCE 3

Pas question pour les patrons de taxer davantage les contrats courts. Selon leurs représentants, la formule pourrait mettre en danger certains secteurs de l'économie, notamment dans la restauration, l'hôtellerie ou les métiers de service à la personne. Actuellement, pour chaque contrat à durée déterminée, l'employeur côtise à l'assurance 4,05% du salaire brut. Avec un système de bonus-malus, cette cotisation augmenterait pour les entreprises qui utilisent beaucoup de contracts courts, elle baisserait en revanche pour celles qui y ont peu recours.

La réforme de l'assurance chômage menacée

Une option à nouveau défendue par le président de la République jeudi 24 janvier. Quatre jours plus tard, les organisations patronales dénoncent cette prise de position, et ont décidé de quitter les négociations sur la réforme de l'assurance chômage. Au-delà des contrats courts, c'est toute la réforme qui est menacée.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le chômage a baissé de 1,1% au quatrième trimestre 2018.
Le chômage a baissé de 1,1% au quatrième trimestre 2018. (PASCAL GUYOT / AFP)