Assurance chômage : les patrons claquent la porte des négociations

Les patrons ont quitté la table des négociations concernant l'assurance chômage. Ils n'ont pas apprécié une phrase d'Emmanuel Macron qui promet des malus pour les entreprises employant trop d'intérimaires.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le patronat choisit la chaise vide dans les négociations sur l'assurance chômage. Une réponse directe au chef de l'État. Il souhaite imposer un malus aux entreprises faisant appel à trop de contrats courts. En cause : une phrase d'Emmanuel Macron lors d'un débat citoyen. "Ceux qui multiplient les intérimaires, ils ont un malus, car ce sont des gens qui, quelque part, utilisent le système", a annoncé le président.

Silence radio du ministère du Travail

Avec le bonus-malus, une entreprise employant de nombreux CDD paiera plus de cotisations chômage. Si elle a moins de CDD, les cotisations seront réduites. Le patronat reproche au gouvernement de ne pas le laisser négocier librement. Les syndicats redoutent que l'État reprenne en main la négociation et réduise les droits des chômeurs. Du côté du ministère du Travail, c'est silence radio. Aucune décision n'a pour l'instant été prise par le gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans presque 9 cas sur 10, ces trop-perçus concernent des demandeurs d’emploi qui cumulent un emploi et une assurance chômage.
Dans presque 9 cas sur 10, ces trop-perçus concernent des demandeurs d’emploi qui cumulent un emploi et une assurance chômage. (GERARD JULIEN / AFP)