Assurance chômage : la CGT dénonce "un passage en force permanent" du gouvernement

Denis Gravouil, membre du bureau confédéral de la CGT, était invité sur franceinfo, lundi.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Illustration d'un drapeau du syndicat CGT. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)

"Sur l'assurance chômage, c'est un passage en force permanent" du gouvernement, a dénoncé lundi 22 avril, sur franceinfo Denis Gravouil, membre du bureau confédéral de la CGT, alors que le gouvernement a annoncé qu'il fixera de nouvelles règles d'indemnisation pour les demandeurs d'emploi à partir du 1er juillet, prenant acte du "désaccord" entre les partenaires sociaux.

L'exécutif prendra "un décret de carence" qui aura "pour objectif de concourir à l'atteinte du plein-emploi et de favoriser le retour rapide en emploi des chômeurs indemnisés". Comme en 2019, patronat et syndicats perdent à nouveau la main sur la définition de ces règles au profit de l'exécutif.

"La feuille blanche, mon œil !"

"C'était écrit d'avance, cet échec", regrette le syndicaliste, pointant le fait que "les lettres de cadrage que nous envoie le gouvernement sont tellement contraignantes qu'on ne peut qu'arriver à des baisses de droits pour les salariés ou bien à une absence d'accord". "Sur l'assurance chômage, c'est un passage en force permanent", selon Denis Gravouil, car "avant même la fin des négociations, Gabriel Attal s'était déjà exprimé pour dire qu'il fallait réduire la durée d'indemnisation. La feuille blanche, mon œil !"

"En fait, il s'agit de faire des économies sur le dos des chômeurs et de les culpabiliser pour les faire prendre des emplois précaires", a-t-il estimé, alors qu'"il n'y a déjà plus qu'un chômeur sur trois qui est aujourd'hui indemnisé".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.