Assurance chômage : l'État fixe ses règles

Le gouvernement va durcir les conditions pour bénéficier des indemnisations chômage. Elles seront dégressives pour les plus hauts salaires. Les contrats courts seront taxés. Syndicats et opposition ne sont pas satisfaits.

France 3

Les partenaires sociaux n'avaient pas réussi à se mettre d'accord, alors le Premier ministre Édouard Philippe a présenté sa réforme de l'assurance chômage mardi 18 juin. Son but est d'économiser 3,5 milliards d'euros d'ici deux ans. À la sortie de Matignon, les syndicats sont mécontents, la CFDT en tête.

"Injuste"

Il faudra désormais travailler six mois sur une période de deux ans au lieu, actuellement, de quatre sur 28 mois pour être indemnisé. 250 000 personnes devraient ainsi sortir de l'assurance chômage. "Injuste", selon le député LR Daniel Fasquelle.

Des pénalités de 3 à 5% de la masse salariale seront infligées aux secteurs qui abusent des contrats courts. Le BTP est épargné, mais la restauration n'y échappe pas. Dans le viseur aussi, l'indemnisation de ceux qui touchent plus de 4 500 euros bruts sera abaissée de 30% au bout de six mois de chômage. Pour marquer sa volonté de réformer, le gouvernement publiera un décret d'ici la fin de l'été pour faire appliquer plus rapidement cette réforme.

Le JT
Les autres sujets du JT
La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le Premier ministre Edouard Philippe présentent la réforme de l\'assurance-chômage, le 18 juin 2019 à Paris. 
La ministre du Travail Muriel Pénicaud et le Premier ministre Edouard Philippe présentent la réforme de l'assurance-chômage, le 18 juin 2019 à Paris.  (LUCAS BARIOULET / AFP)