"Vincent et moi", ou le combat d'un père pour l'intégration de son fils trisomique

Vincent et moi, c'est le titre d'un film tourné par le père d'un enfant trisomique et qui sort pour la journée mondiale consacrée à la trisomie 21. Le documentaire montre la bataille au quotidien pour s'insérer dans la société.

France 3

Vincent et moi, c'est la belle histoire d'un père et de son fils. Il y a quelques années, Édouard Cuel a voulu raconter le passage à la vie d'adulte de Vincent, les difficultés de son intégration. Il a demandé à un ami de tenir la caméra pour les filmer tous les deux dans les bons moments comme dans les épreuves, par exemple lorsqu'un lycée professionnel a refusé d'accepter Vincent à cause de son handicap.

Un parcours exceptionnel

À force de persévérance et de travail, Vincent a eu une formation, puis un stage, puis un CDD comme serveur dans un hôtel. Il y est maintenant en CDI à mi-temps de 7h à 12h30. Il est parfaitement intégré. "Notre préoccupation est que Vincent ne subisse pas de moqueries ou que les gens le cataloguent. Et il n'y en a pas du tout", explique Christophe Collet, directeur de la restauration Hôtel Ibis. Le parcours de Vincent est plutôt exceptionnel. Ce film, en salles mercredi 21 mars, montre qu'avec une bonne dose d'amour, d'enthousiasme et surtout de confiance, on peut faire tomber bien des obstacles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vincent Cuel, atteint de trisomie 21 et héros du documentaire Vincent et moi
Vincent Cuel, atteint de trisomie 21 et héros du documentaire Vincent et moi (France 3)