Alain, escrimeur handisport en reconversion

Mener de front, à 43 ans, une carrière d'escrimeur handisport et une reconversion professionnelle. Tel est le défi que compte bien relever Alain. Portrait d'un battant. En partenariat avec l'Agefiph.

Alain est impatient. Plus que quelques jours avant de soutenir son dossier VAE (Validation des acquis de l'expérience) devant le jury et obtenir ainsi un Bac pro Vente. Un précieux sésame qui lui ouvrira les portes de la formation AFPA de manager d'univers marchand. "Mes candidatures auprès d'enseignes de la grande distribution n'ont pas abouti. Les recruteurs doivent considérer que les postes de chef de rayon demandent trop d'efforts physiques pour une personne handicapée. Cette formation me permettra donc d'accéder à un poste à responsabilité plus axé sur le commercial et la gestion", explique-t-il.

Retourner sur les bancs de l'école à 43 ans ne lui fait pas peur

Depuis un accident de moto, en 2004, dans lequel il a perdu une jambe, Alain a démontré qu'il possédait une nature de battant. "Je suis un autodidacte. En 1988, j'ai monté mon entreprise de vente de fruits et légumes. En 2000, je m'étais associé avec mon beau-frère qui s'occupait du rayon poissonnerie. La SARL s'était bien développée en 4 ans et on avait 8 salariés. Mais l'accident a tout stoppé pour moi".Alain déploie alors toute son énergie pour faire face au handicap et surmonter deux années de rééducation. Au cours de cette période, il fait une rencontre décisive : celle de Cyril Moré, champion du monde et champion olympique d'escrime handisport qui le convint de se lancer dans cette discipline. "Mon fils faisait déjà de l'escrime depuis plusieurs années mais je suivais cela de l'extérieur. J'ai essayé à mon tour et ça m'a plu !" Pendant une année, Alain se lance dans un entrainement poussé.

Un investissement couronné de succès

En février 2007, il termine 17ème en individuel et 1er en équipe au Tournoi international de Sarrebourg. Son palmarès s'enrichit en mai avec la 8ème place à l'Epée et la 10ème place au Fleuret au Critérium national de Dunkerque et enfin les Championnats de France en juin avec la 15ème place à l'Epée et la 10ème au Fleuret."J'ai pensé que l'escrime pourrait m'ouvrir une nouvelle voie professionnelle. J'ai monté une section handisport dans le club d'escrime de ma ville dont j'assure la présidence. J'ai passé le brevet d'Etat puis la formation fédérale de Moniteur d'escrime en juillet 2007. Je souhaitais poursuivre par le diplôme fédéral de Prévôt puis par celui de Maître d'arme. Mais il n'existe pas en France de personnes handicapées qui possèdent ce diplôme car les leçons doivent, pour des raisons de sécurité, être données debout. C'est possible pour moi avec ma prothèse. Mon entourage dans le milieu handisport me pousse à devenir le premier à ouvrir cette porte aux personnes handicapées. Je ne renonce pas à ce projet mais aujourd'hui j'ai besoin de me concentrer sur ma vie professionnelle pour ma famille et pour moi-même.

Un commerçant dans l'âme

"J'aime le contact avec les clients et les fournisseurs et j'ai envie de retourner vers ce métier." Le double engagement d'Alain dans le sport de haut niveau et dans son parcours professionnel est récompensé, en février dernier, par l'Agefiph qui lui décerne une bourse de 3000 euros. "Cela m'a permis de financer en partie mes déplacements pour les compétitions". S'il donne, à présent, la priorité à sa formation, Alain compte bien trouver le temps de s'entraîner, poursuivre les compétitions et surtout participer aux championnats du monde d'escrime en 2010 à Paris. "Je ferai tout pour ça !"

Rédigé par Nadia GraradjiPublié le 22/03/2010