Témoignage : vivre et travailler avec Parkinson

À l'occasion de la Journée internationale de Parkinson, jeudi 11 avril, France 2 s'intéresse à l'un des malades qui exercent toujours une activité professionnelle.

FRANCE 2

Le jour de ses 60 ans, ce dentiste a appris qu'il souffrait de la maladie de Parkinson. Une fois passé le choc du diagnostic, Gilles Ponthieux a décidé de ne pas changer son mode de vie : il continue à soigner les dents de ses patients malgré les tremblements qui agitent son côté gauche. Les efforts qu'il fournit pour maîtriser ses tremblements lui demandent une concentration intense, ce qui, selon lui, augmente l'efficacité de son traitement.

Les bienfaits d'une activité physique soutenue

Avec ses patients, Gilles Ponthieux a joué franc-jeu : il les a tous prévenus. Aucun n'a changé de dentiste. Amoureux de la mer, ce dentiste a toujours été un grand sportif. La maladie de Parkinson l'a poussé a relever un défi avec un ami : 52 jours pour traverser l'Atlantique à la rame. Une performance qui lui a permis, au retour, de réduire son traitement. Car une activité physique soutenue allège les symptômes de la maladie. Alors, chaque jour, il s'entraîne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Gilles Ponthieux, dentiste et malade de Parkinson.
Gilles Ponthieux, dentiste et malade de Parkinson. (FRANCE 2)