Suicides à France Télécom : ouverture d'un procès historique

Le procès des dirigeants de France Télécom pour harcèlement moral s'ouvre lundi 6 mai.

FRANCE 3

Dix ans après les suicides à France Télécom, l'entreprise et ses anciens dirigeants sont jugés à partir du lundi 6 mai pour harcèlement moral devant le tribunal correctionnel de Paris. 35 personnes ont mis fin à leurs jours. C'est la première fois qu'une entreprise de cette taille est poursuivie pour de tels faits.

Un système mis en place pour faire pression sur les salariés

"Le but du jeu, c'était d'abaisser les gens et de les descendre", raconte Yves Minguy, ex-salarié de France Télécom, mis sur la touche après une trentaine d'années dans l'entreprise. Son cas n'est pas isolé : dans les années 2007 à 2010, France Télécom met en place une politique de management insidieuse destinée à faire quitter l'entreprise à 22 000 salariés. Cette mise sous pression du personnel entrainera une vague de suicides sans précédent. L'ancien PDG de France Télécom, Didier Lombard et six autres dirigeants comparaitront devant le tribunal correctionnel de Paris pour s'expliquer sur cette politique de harcèlement moral. La justice examinera bien tout le système mis en place pour faire pression sur les salariés. Le procès doit durer deux mois.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une employée de France Télécom, devant l\'entrée d\'un bureau de l\'entreprise, à Annecy-le-Vieux, où travaillait un salarié qui s\'est suicidé, le 28 septembre 2009. 
Une employée de France Télécom, devant l'entrée d'un bureau de l'entreprise, à Annecy-le-Vieux, où travaillait un salarié qui s'est suicidé, le 28 septembre 2009.  (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)